Monde

Le vrai crime de la Corée du Nord

Anne Applebaum, traduit par Yann Champion, mis à jour le 15.01.2015 à 14 h 15

Les Etats-Unis ont sanctionné Pyongyang pour le piratage de Sony, mais qu’en est-il de sa responsabilité dans le meurtre de millions de personnes?

Kim Jong-un inspecte les troupes dans la neige, le 5 décembre 2014.  REUTERS/KCNA (agence nord-coréenne)

Kim Jong-un inspecte les troupes dans la neige, le 5 décembre 2014. REUTERS/KCNA (agence nord-coréenne)

Dans les années 1990, un important groupe de prisonniers fut libéré d’un camp de travail secret en Corée du Nord. Il ne s’agissait pas de criminels, pas même d’ennemis politiques. Non, de l’aveu même d’un ancien garde, il s’agissait de petits-enfants et même d’arrière-petits-enfants de «propriétaires terriens, de capitalistes, de collaborateurs du gouvernement colonial japonais et d’autres personnes à la généalogie problématique». A une époque, l’Union soviétique arrêtait les femmes et les enfants de prisonniers politiques. Récemment la Russie a envoyé en prison le frère d’un dissident politique. La Corée du Nord, elle, n’hésite pas à interner dans des camps des familles entières, sur plusieurs générations, durant des décennies.

Et plusieurs d’entre elles s’y trouvent encore, notamment certaines qui avaient été apparemment libérées il y a vingt ans: sans logements, sans liens et sans connaissance de la vie en dehors du goulag, beaucoup ont tout simplement décidé de rester sur place. Ils étaient devenus «libres», mais ne pouvaient vivre ailleurs que dans la prison qu’ils avaient toujours connue.

D’autres semblent en avoir disparu, mais pas parce qu’ils ont été relâchés. Le nombre de prisonniers dans les camps nord-coréens aurait, semble-t-il, chuté ces dernières années, alors que rien n’indique qu’ils sont partis. Tout laisse donc croire qu’ils sont sans doute morts de faim (nous parlons ici de dizaines de milliers de personnes).

Voici donc la vraie nature du régime dont nous avons tant entendu parler en décembre: il emprisonne des familles entières sur plusieurs générations. Et lorsque la nourriture vient à manquer, il laisse tranquillement mourir des milliers de personnes. Les camps sont si sévèrement contrôlés qu’il est extrêmement difficile de trouver des informations à leur propos, même dans un monde où les téléphones et les services de messagerie instantanée sont omniprésents.

Certains organismes, comme le Comité pour les droits de l’Homme en Corée du Nord, font un travail extraordinaire pour se tenir informés de ce qui se passe dans le pays au moyen de photographies par satellite et de renseignements provenant notamment de déserteurs de l’armée. Mais ceux qui parviennent à s’échapper en passant par la frontière chinoise mettent parfois des années à rejoindre la Corée du Sud, non sans être victimes en chemin de passages à tabac, de violences sexuelles et/ou de la famine. Lorsqu’ils arrivent, leurs souvenirs des camps de prisonniers remontent parfois à plusieurs années.

Pire encore, leurs témoignages sont souvent difficiles à entendre. Il n’est, par exemple, pas facile de se fier aux témoignages des déserteurs. Ils sont souvent timides, instables sur le plan émotionnel et incapables de se faire à la vie en Corée du Sud ou ailleurs.

Il y a quelque chose, dans la sévérité du régime nord-coréen, qui dépasse l’entendement: il nous semble si étrange qu’il nous fait rire au lieu de nous faire pleurer.

 

J’ai entendu un jour, lors d’une rencontre organisée par le Congrès américain, plusieurs anciens prisonniers nord-coréens parler de leur vie derrière les barbelés. Leurs récits étaient consternants. Mais même si le public les écoutait avec attention, il était clair qu’il attendait qu’un parlementaire ne dénonce le régime de Pyongyang dans un langage plus familier.

Cela aide peut-être à comprendre pourquoi les efforts menés pendant tant d’années ont eu moins d’impact sur la politique extérieure américaine que l’annonce du piratage des systèmes informatiques de Sony Pictures par des hackers apparemment liés à Pyongyang et leur révélation de ragots sur Angelina Jolie pour se venger de la sortie du film L’Interview qui tue, comédie pas drôle sur le dictateur nord-coréen.

Je ne veux pas minimiser la dangerosité du piratage informatique (la prochaine cible pourrait être une centrale nucléaire), mais il n’en est pas moins étonnant que la possible implication de la Corée du Nord dans les problèmes de Sony ait convaincu le président américain d’imposer de nouvelles sanctions à Pyongyang. Les multiples comptes-rendus d’atteintes gravissimes aux droits de l’homme perpétrées durant des décennies n’ont jamais eu autant d’effet.

Et peut-être en sera-t-il toujours ainsi. Il y a quelque chose, dans la sévérité du régime nord-coréen, qui dépasse l’entendement: il nous semble si étrange qu’il nous fait rire au lieu de nous faire pleurer. Ce n’est pas un hasard si les réalisateurs de L’Interview qui tue ont été incapables de traiter le régime autrement que sous une forme burlesque et vulgaire à souhait. A l’instar de son père Kim Jong-il, Kim Jong-un est devenu une figure amusante, le méchant dictateur ridicule dont on se moque. Nous lisons avec une avidité amusée ses exploits au basketball, de la même manière que nous lisions les articles consacrés à l’obsession de son père pour Elvis Presley et sa peur de l’avion.

Et pourtant, sous son régime, des gens meurent tous les jours de faim ou sous la torture. Ils passent des années en prison sans avoir rien fait pour et leurs enfants sont, eux aussi, emprisonnés.

Au lieu de nourrir son peuple (sans parler de ses prisonniers), le régime dépense des fortunes pour fabriquer des armes à diriger vers Séoul. En dépit des protestations internationales, il tente même de construire des armes nucléaires. Le régime est tellement rongé par son obsession du secret qu’il a récemment interdit des films russe et chinois, au cas où ils auraient une influence quelconque.

Nous pouvons comprendre Sony, nous pouvons comprendre Angelina Jolie… mais nous avons du mal à comprendre tout le reste.

Anne Applebaum
Anne Applebaum (77 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte