Monde

Bienvenue à Harrison, Arkansas, peut-être la ville la plus raciste des Etats-Unis

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 07.01.2015 à 16 h 22

Repéré sur Al Jazeera America

Un nouveau panneau publicitaire est récemment apparu sur la route qui traverse Harrison, une bourgade de 13.000 habitants dans l’Arkansas, aux Etats-Unis, relève Gawker. On y voit une enfant blanche d’une dizaine année qui sert dans ses bras un chiot qui comme elle, a le regard triste. 

«Ce n'est pas raciste d'aimer les siens», proclame l'affiche, avec un gros coeur rouge pour remplacer le verbe aimer. Au dessous de la photo, on trouve l'adresse du site Internet www.whiteprideradio.com (radio fierté blanche). La publicité est sponsorisée par le Ku Klux Klan, dont le siège national se trouve à quelques kilomètres de là. La nouvelle idée de gestion d'image du KKK est de se présenter comme une organisation qui ne fait que promouvoir l'amour des blancs (pour donner l'impression que la haine des autres n'est pas au coeur de leur mission).

Le site Gawker précise que sur cette radio (aussi connue sous le nom radio KKK), on pouvait récemment écouter 30 minutes de chansons du groupe néo-nazi Skrewdriver.

En 2013, un autre panneau érigé près de Harrison avait attiré l'attention des médias. On pouvait y lire le message: «Antiraciste veut dire antiblanc

Cette prolifération de panneaux suprémacistes n'est pas surprenante: il y a à Harrison et ses environs une concentration particulièrement élevée d'organisations racistes, explique un article d'Al Jazeera America. On y trouve le siège du Ku Klux Klan, mais aussi un groupe de rock raciste («Heritage Connection»), une librairie raciste et un groupe religieux raciste

Les habitants qui n'adhèrent pas à l'idéologie suprémaciste en ont assez que Harrison soit constamment associé à la haine. Depuis une dizaine d'années, un groupe local tente de changer l'image de la ville, et d'améliorer les relations avec les quelques noirs qui y vivent encore. En réponse aux panneaux sur le racisme antiblanc, ce comité pour l'amélioration des «relations raciales» avait notamment sponsorisé une grosse affiche avec le message: «aime ton voisin», suivi d'une citation de Martin Luther King Jr.

 


La mission d'apaisement est d'autant plus rude que le passé de la ville est particulièrement marqué par les violences racistes.

En 1905 et 1909, des groupes d'habitants blancs ont attaqué la population noire: certains résidents ont été attachés à des arbres et fouettés, plusieurs maisons du quartier noir ont été brûlées. La centaine d'Afro-Américains qui vivaient à Harrison ont été obligés de partir, et la ville est devenue une «sundown town», un endroit où les non-blancs n'avaient pas le droit d'être dans la rue après le coucher du soleil.

Aujourd'hui, il y a environ 70 résidents afro-américains à Harrison. Un de ces habitants interviewé par Al Jazeera explique qu'il se sent en sécurité dans cette ville, et qu'il espère que l'image de Harrison va bientôt changer, ce qui risque d'être difficile si une pub pour une radio suprémaciste continue de dominer le paysage...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte