Science & santé

«On est amoureux depuis un an et demi, sans s'être jamais vus»

Lucile Bellan, mis à jour le 06.01.2015 à 16 h 02

Cette semaine, Lucile répond à une femme qui vit une relation virtuelle sans oser rencontrer celui qu'elle aime, parce qu'elle ne lui a pas avoué qu'elle est atteinte d'un cancer du cerveau.

La Psyché, de Berthe Morisot  via Wikimedia Commons

La Psyché, de Berthe Morisot via Wikimedia Commons

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du coeur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes

Voici mon histoire. Je suis d'origine française et américaine, le français n'est pas ma langue usuelle donc je m’excuse par avance d’éventuelles fautes d’orthographe.

Au commencement, je me suis inscrite sur un site de rencontre. Au début, je trouvais cela débile, car trouver l'amour dessus me semblait impossible. Mais j’ai voulu tenter l’expérience car je n'ai pas le temps de sortir et puis je n'aime pas tellement ça. J'ai discuté avec beaucoup de garçons le premier mois. Beaucoup m'ont intéressée, mais je me suis vite focalisée sur un étudiant en ostéopathie qui était si gentil et différent des autres. On a donc échangé pendant des journées avant de tomber sous le charme l'un de l'autre. Jusqu’à tomber amoureux. C'était fou, on n’y croyait pas mais c'était une évidence.

Un mois plus tard il a voulu me voir. Mais je refusais tout le temps. Je l'ai même quitté avant qu’on se remette ensemble parce qu'on se manquait de trop. Et depuis j'ai déménagé et lui est retourné chez ses parents pour travailler.

Et notre relation? On est toujours amoureux et «en couple» mais voilà. On ne s'est toujours pas vu. Et ça fait 1 an et demi. Il est si patient. C'est moi qui refuse toutes ses invitations même à la webcam. J’invente des excuses pour éviter ça.

Pourquoi? Parce que je lui cache quelque chose que je n'ose pas lui dire. Je suis atteinte d'un cancer malin au cerveau.

Je l'aime tellement.  Il a des projets déjà, et moi je lui donne comme excuse que je suis bloquée. Il est prêt à m'attendre toute sa vie. On est très amoureux, mais j'ai peur que plus d’attente nous soit fatale. Ce que je ne veux pas mais je ne trouve pas la force de lui révéler ce secret.

Que dois-je faire? Devrais-je le quitter? Ou lui dire même s'il m'en voudra à tout jamais? J’ajoute que, comme il ne m'a jamais vu, il croit que je lui mens sur mon identité. Ça me fait tellement de mal, j'aimerais lui dire la vérité, mais ça risque de se finir très mal et je n’en  ai pas le courage. J’ai besoin de votre aide.

Julie

Chère Julie, je vais, moi aussi, commencer par le commencement. La relation que vous partagez avec ce jeune homme, aussi forte et vitale soit-elle pour vous, est un amour incomplet à son sens. 

N’avez-vous pas envie de sentir ses bras autour de vous, ses lèvres sur les vôtres, ses murmures à vos oreilles? Votre amour est actuellement platonique et il me semble que ce n’est pas quelque chose que vous avez clarifié avec lui. Comment pourrait-il comprendre que la situation vous satisfasse ou que votre réserve dépasse même sa place dans votre vie. De par cette incompréhension, vous courez évidemment le risque de le perdre. Et je peux comprendre que cette perspective vous angoisse.

Vous dites qu’il doute même de votre identité. Ces éléments ternissent la beauté de votre rencontre virtuelle et les heures que vous avez passées à échanger. Et 1 an et demi de correspondance, ce n’est pas rien.

Actuellement, vous êtes dans une impasse. Laissez-moi reformuler la situation pour vous: si vous ne faites rien qui va dans le sens d’une rencontre, virtuelle ou non, vous le perdrez. Mais si vous partagez avec lui la vérité, vous prenez le risque de donner à votre relation une profondeur et un sens nouveau. Par cette action, que je conseille évidemment, vous prenez autant le risque d’accéder au bonheur que celui de le perdre. C’est une attitude active et c’est même la seule qui vaut vraiment. Parce que vous méritez que cet homme partage votre vérité, votre quotidien, vos doutes et vos angoisses. Parce que votre maladie fait aussi partie de vous. Et que quelqu’un qui vous aime vraiment doit l’accepter.

Mais j’ai peur qu’en essayant de le protéger de tout ça, vous ne cherchiez en fait qu’à  vous protéger vous. Que le «personnage» que vous avez créé et qui échange avec lui soit un phantasme de votre part, que ce succédané de relation soit votre respiration, votre semblant de normalité. Laissez-moi vous dire, Julie, que vous êtes plus courageuse que ça. Je peux le dire à la façon dont vous m’avez contactée pour me raconter votre histoire. Une histoire pas banale que vous trouvé la force de partager. Vous êtes une belle personne et vous méritez une relation aussi belle. 

Il ne tient qu’à vous de vous rendre disponible pour elle. Donnez une chance à votre amour de vous étonner. Cela pourrait être en bien comme en mal, c’est le risque que tout le monde court en s’impliquant dans une relation, mais que vous soyez heureuse ou malheureuse, vous serez plus vivante que jamais. Pour cela, ce sentiment unique qui dure parfois longtemps, il faut sortir de sa zone de confort. Le garçon que vous aimez a accepté de suivre vos règles pendant 1 an et demi, je ne doute pas qu’il écoutera avec attention ce que vous avez à lui dire. Montrez-lui votre beauté et votre courage. C’est un geste dont on ne peut jamais être déçue. 

Lucile Bellan
Lucile Bellan (173 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte