Santé / Culture

Aux Etats-Unis, un cours de psychiatrie basé sur la série Seinfeld

Temps de lecture : 2 min

Le casting de la série, sur Wiki Seinfeld
Le casting de la série, sur Wiki Seinfeld

Depuis 2009, le professeur de psychiatrie Anthony Tobia utilise des épisodes de la série Seinfeld pour familiariser ses étudiants avec divers troubles psychologiques.

Les relations entre les personnages névrosés et loufoques de cette comédie sont en effet un point de départ idéal pour aborder des questions de psychopathologie:

«Jerry a des traits obsessionnels compulsifs, et Kramer est plutôt schizoïde. Elaine est incapable d'avoir des relations sérieuses et George est égocentrique» explique le Dr. Tobia au site NJ.com.

Deux fois par semaine, des étudiants de troisième et quatrième année à l'école de médecine Robert Wood Johnson dans le New Jersey se réunissent pour parler d'un épisode de la série et apprendre à faire des diagnostics psychiatriques.

Selon le professeur Tobia, chacun des 180 épisodes de Seinfeld est potentiellement intéressant pour comprendre des troubles psychiatriques. Il a d'ailleurs créé une base de donnée qui permet d'utiliser chaque épisode pour expliquer des notions de psychopathologie.

Le mois dernier dans le journal Academic Psychiatry, Anthony Tobia et ses collègues ont publié un article (intitulé Psy-feld) qui analyse les «troubles délirants» de cinq petits amis d'Elaine Benes, l'héroïne féminine de la série.

L'utilisation de ce support fictionnel plaît aux étudiants: 99 d'entre eux ont répondu à un questionnaire sur la qualité de ce cours, et ils l'ont en général trouvé efficace et intéressant.

Mais les liens de Seinfeld avec la psychiatrie vont plus loin que cet outil pédagogique. En 2004, un psychologue de l'université Chapel Hill en Caroline du Nord a commencé à montrer à des schizophrènes des épisodes de Seinfeld et de la série Curb your enthusiasm (créée par Larry David, le co-créateur de Seinfeld, et connue en France sous le titre Larry et son nombril). Alors que d'habitude, les patients ne participaient presque pas à ses sessions de groupe, ils se sont facilement identifiés à un personnage comme Larry David, qui remet constamment en cause les convenances sociales et se retrouve souvent dans des situations où tout le monde est mal à l'aise.

A partir de là, le psychologue David Roberts pouvait lancer une conversation avec ses patients, et tenter de leur apprendre à mieux gérer leurs interactions personnelles. Le programme a tellement bien marché que Roberts et son professeur David Penn en ont tiré une formation pour aider les schizophrènes à améliorer leurs capacités d'interactions sociales. Ce programme de thérapie de groupe est basé sur des situations de malaise et de malentendus, telles qu'il y en a dans une série comme Seinfeld. Suite à un article du New Yorker, les psychologues ont été contactés par des collègues du monde entier, et la formation est désormais disponible en espagnol, mandarin, portugais et japonais.

Slate.fr

Newsletters

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Une bonne excuse à dégainer pour trainer au lit.

Vive la clope et l’alcool, à bas la coke et l’héro

Vive la clope et l’alcool, à bas la coke et l’héro

«Aucun d’entre nous n’est adepte des drogues. Nous sommes partisans de la réduction des risques pour les usagers et croyons que tous les toxicomanes méritent notre attention et nos soins.»

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

«C’est compliqué» est un courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou...

Newsletters