Monde

Le terrifiant train nucléaire russe sera opérationnel en 2018

Temps de lecture : 2 min

Le train nucléaire russe avec un missile déployé
Le train nucléaire russe avec un missile déployé

Interdit par le Traité de désarmement nucléaire américano-soviétique STARTII, à nouveau autorisé dans le nouveau traité START négocié cette fois entre les Etats-Unis et la Russie, le train nucléaire voyageant discrètement avec en permanence des missiles balistiques prêts à être lancés fait son retour. Il devrait commencer à être opérationnel en 2018 et les détails donnés par le blog Foxtrotalpha spécialisé dans les questions de défense n’ont rien de réjouissant. L’équilibre de la terreur pourrait ne plus être seulement une expression du passé et du temps de la guerre froide.

On se croirait dans un vieux film de James Bond. Le «Système de missiles de combat ferroviaire», c’est comme cela qu’il est appelé par l’armée russe, est en quelque sorte le système de missiles balistiques d’un sous-marin nucléaire basé à terre. Il présente l’avantage d’être beaucoup moins coûteux à mettre en œuvre. Le fait qu’il soit en déplacement permanent, qu’il soit «caché à la vue de tous» et difficile à distinguer de trains ordinaires de marchandises et de passagers qu’il côtoie en permanence sur les voies en fait une cible pas facile à repérer et un armement nucléaire idéal dit de seconde frappe ou de riposte. Les wagons de «Barguzin», le surnom de ce train qui est celui d’un vent de l’est puissant qui balaye le lac Baikal, ressemblent à des wagons frigorifiques ordinaires.

Chacun de ces trains, 5 sont programmés, devrait transporter six missiles RS-24 capables chacun d’emporter 4 têtes, cela représente 24 têtes thermonucléaires par train capable chacune de rayer une grande ville de la surface du globe. Le RS-24 est à peu près impossible à intercepter, il atteint une vitesse de l’ordre de mach 20 et a une précision de l’ordre de 50 mètres après un vol de plus de 10 000 kilomètres.

Le train nucléaire est la démonstration de la volonté russe de moderniser son arsenal nucléaire et de réinstaller un équilibre de la terreur avec l’occident. D’autant plus que la Russie de Vladimir Poutine a également décidé d’investir dans son aviation à longue portée et sa flotte sous-marine.

Mais avec une économie aujourd’hui en chute libre et une profonde récession attendue en 2015, la question est de savoir si Vladimir Poutine aura toujours les moyens de ses ambitions militaires. Si en dépit de ses difficultés économiques, la Russie poursuit la modernisation de ses systèmes d’armement nucléaire, ce serait bien la démonstration que Vladimir Poutine a adopté et surtout réussi à imposer une stratégie à son pays qui s’apparente grandement à celle de la guerre froide. Le Moscow Times évoque déjà une nouvelle course à l’armement.

Slate.fr

Newsletters

Quand le Québec file un mauvais coton

Quand le Québec file un mauvais coton

[BLOG You Will Never Hate Alone] Le Québec vient d'adopter une loi sur la laïcité. Quand soudain l'ennemi de la Belle Province n'est plus le colon anglais, mais une musulmane voilée.

L'histoire du bébé de 4 mois séparé de ses parents par l'administration Trump

L'histoire du bébé de 4 mois séparé de ses parents par l'administration Trump

Le New York Times a retrouvé le plus jeune enfant isolé de sa famille à la frontière mexicaine.

Le ministre de l'Intérieur Sérgio Moro n'est plus le sauveur du Brésil

Le ministre de l'Intérieur Sérgio Moro n'est plus le sauveur du Brésil

L'ancien juge aurait interféré dans une enquête pour que l'ancien président Lula ne puisse pas se représenter en 2018.

Newsletters