Culture

L’obsession de la photographie est une menace pour nos souvenirs

Temps de lecture : 2 min

Behind the camera / Daniel Dionne via Flickr CC License By SA
Behind the camera / Daniel Dionne via Flickr CC License By SA

C’est un paradoxe, avec le passage de la photographie argentique à la photographie numérique, nous n’avons jamais fait autant de photos et nous ne les avons jamais aussi peu regardées. Maintenant que la technologie nous permet de prendre des dizaines de photos en quelques secondes sans coût ou presque, elles sont devenues banales et sans intérêt au lieu d’être les précieux souvenirs qu’elles représentaient quand elles étaient rares et chères explique le site Quartz.

Une étude menée par Shutterfly confirme ce changement d’attitude face à la photographie. Les Américains prennent plus de 10,3 milliards de photos par mois. Et les smartphones prennent maintenant 60% de ses images. «C’est une différence considérable quand il y a quelques décennies, le coût de la photographie signifiait que nous ne capturions seulement que les moments qui méritaient d’être sauvegardés et qu’il fallait passer aux générations suivantes», écrit Quartz.

La raison qui nous fait prendre des photos n’a pas changé. Dans l’étude de Shutterfly, les personnes interrogées expliquent toujours qu’elles prennent des images pour se souvenir de leurs expériences. Mais aujourd’hui, ces moments figés s’entassent sur de multiples plateformes numériques déconnectées les unes des autres et oubliées… «Les photos du dîner en famille d’hier soir, les selfies et nos orteilles dans le sable lors de nos dernières vacances que nous irons très rarement regarder. N’est-il pas incroyable que nous sommes de moins en moins capables de retrouver les photos qui représentent nos souvenirs?»

Cela est d’autant plus dangereux que plusieurs expériences montrent que quand nous faisons des photos, notre cerveau prête moins d’attention à enregistrer les évènements comme s’il déléguait inconsciemment à la photographie la mémoire. «En faisant l’effort de nous rappeler en voyant le monde à travers l’objectif d’un appareil photo, nous renonçons en partie à nous souvenir par nous même».

Il n’y qu’une seule solution, regarder plus souvent nos photos et surtout les partager. Regarder les images est une manière de renforcer et consolider nos souvenirs et nous rappeler les histoires derrière les photos. Mais l’étude de Shutterfly montre que si nous n’avons jamais pris autant de photographies, nous les partageons peu. Moins de la moitié des images prises sont transmises à d’autres. Et plus perturbant encore, la majorité des personnes interrogées n’ont pas récemment regardé des photos qui avaient 10 ans ou plus.

Newsletters

«La femme qui s'est enfuie», trois pas vers la perfection

«La femme qui s'est enfuie», trois pas vers la perfection

Entièrement construit autour de personnages féminins, le nouveau film de Hong Sang-soo invente une nouvelle tonalité à son exploration délicate, parfois cruelle et souvent drôle, des mille brins d'émotion qui tissent l'existence quotidienne.

Covid-19 et amours à distance: trois conseils pour bien gérer sa relation aux écrans

Covid-19 et amours à distance: trois conseils pour bien gérer sa relation aux écrans

Un amour peut-il durer et se fortifier uniquement au travers d’un quotidien rythmé par le virtuel? C’est la question que pose, avec subtilité et émotion, A cœur battant, le film de la réalisatrice israélienne Keren Ben Rafael, qui sort le 30 septembre sur les écrans.

Il y a vingt ans, Lunatic plongeait le rap français dans le noir

Il y a vingt ans, Lunatic plongeait le rap français dans le noir

L'unique album du duo, «Mauvais Œil», célèbre ses 20 ans. L'occasion de rappeler que ce classique est né d'un long cheminement de violence musicale et de marketing hors des codes.

Newsletters