Partager cet article

2014: l’année la plus prospère et la plus sûre de l’histoire de l’humanité

Des Gaufres à poche à Calgary, au Canada, le 22 juin 2013, après une inondation. REUTERS/Todd Korol

Des Gaufres à poche à Calgary, au Canada, le 22 juin 2013, après une inondation. REUTERS/Todd Korol

Ce serait étonnant que vous vous en soyez rendu compte tant dans les médias aujourd’hui les mauvaises nouvelles chassent en permanence les bonnes. Mais l’humanité ne s’est jamais aussi bien portée qu’en 2014. Cela peut sembler provocateur, mais c’est factuellement vrai.

Comme l’écrit The Telegraph, «juger le monde au travers des titres des médias, c’est comme juger une ville en passant la nuit au service des urgences... L’année 2014 peut donner l’impression d’être celle de Ebola et de l’Etat islamique, mais en fait, elle a probablement été une des meilleures de l’histoire.»

Il en va ainsi par exemple de la guerre. Nous vivons une époque qui est la plus pacifique de l’histoire de l’humanité. Les archéologues estiment que 15% des humains mourraient de façon violente dans la période préhistorique et dans l’antiquidté, un ratio qui n’a pas été atteint lors des deux guerres mondiales. Et depuis 1945, les guerres se sont faites de plus en plus rares et de moins en moins meurtrières. Comme le souligne The Telegraph, plus de soldats britanniques sont morts lors de la Bataille de la Somme en 1916 que dans tous les conflits depuis 1945.  

Nous venons de célébrer le 25ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin qui a été suivi d’une période de calme sur la planète que ne doivent pas masquer les conflits «de faible intensité» en Irak, en Afghanistan et en Afrique subsaharienne. Le Professeur d’Harvard, Steven Pinker, a qualifié cette ère de «nouvelle paix» soulignant que les conflits de tous types – génocide, guérillas et même terrorisme – sont en déclin rapide dans le monde. Et avec la paix vient le commerce et la prospérité. La mondialisation capitaliste a transféré la richesse plus vite que toutes les aides au développement. L’extrême pauvreté mesurée par la Banque Mondiale (les personnes qui vivent avec moins de 1,25 dollar par jour) a été réduite de plus de 50% depuis 1990.

L’épidémie d’Ebola a tué 7 000 personnes. Mais bien plus de vies ont été sauvées par les progrès réalisés contre la malaria, la diarrhée et le Sida. L’espérance de vie en Europe occidentale a augmenté de 5 ans depuis 1990.

Nous faisons même des progrès en matière d’écologie. Depuis 1990, nos émissions (en europe occidentale) de gaz à effet de serre ont baissé et pourtant notre économie a grandi de plus de 50%. Nos routes sont bien plus sûres. Le nombre de morts à la suite d’accidents de la circulation a été réduit des deux-tiers toujours depuis 1990.

Bien sûr, rien n’est irréversible, l’histoire l’a prouvé à maintes reprises et il y a beaucoup de choses dans ce monde qui sont préoccupantes. La misère, la souffrance font toujours partie de la réalité de la condition humaine. Les injustices, les oppressions, les inégalités n’ont pas disparu. Mais nous vivons, et nous ne nous en apercevons même pas, une ère de progrès.

Nous avons un accès sans précédent dans l’histoire au savoir et à l’information. Nous avons une espérance de vie sans précédent non plus dans l’histoire. Et nous sommes physiquement plus en sécurité qu’à aucune autre période de l’histoire de l’humanité. Nous avons quelques raisons d’être optimistes.

Alors bien sûr, la France est le deuxième pays le plus pessimiste au monde. Nous voyons tout en noir. Seuls 17% des Français pensent que l’année 2015 sera meilleure que 2014 contre 53% en moyenne pour le reste du monde. Raison de plus pour essayer de voir un peu la réalité d’un monde qui, non, ne plonge pas dans le chaos et le malheur.

 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte