Monde

Aux Etats-Unis, un haut dirigeant républicain critiqué pour ses liens avec les suprématistes blancs

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 31.12.2014 à 8 h 22

Repéré sur The Washington Post

Steve Scalise à la Chambre des représentants, en juin 2010. REUTERS/Kevin Lamarque

Steve Scalise à la Chambre des représentants, en juin 2010. REUTERS/Kevin Lamarque

Un blogueur vient de révéler qu'en 2002, le représentant républicain de Louisiane Steve Scalise avait prononcé un discours à une conférence raciste organisée par l'EURO, une organisation de défense «des droits des Euro-Américains». Le groupe a été fondé en 2000 par David Duke, un ancien leader du Ku Klux Klan dont le site internet regorge d'élucubrations antisémites. En France, ses diatribes sont notamment relayées par le site d'Alain Soral, Egalité et Réconciliation.

Peu après ces révélations, Steve Scalise, qui occupe aujourd'hui le poste de «whip» à la Chambre des représentants, ce qui y fait de lui le troisième Républicain le plus important après le président de la Chambre John Boehner et le chef du groupe Kevin McCarthy, a dit qu'il ne se rappelait pas avoir été à cette conference. Il a ensuite confirmé s'y être rendu, mais ses conseillers ont précisé qu'il ne savait pas que le groupe rassemblait des militants racistes et néo-nazis

Dans sa déclaration officielle, Scalise a expliqué que sa participation à cet événement était une «erreur qu'il regrette» et qu'il condamnait l'idéologie de ces suprématistes blancs. Un des organisateurs de la conférence a précisé que Scalise avait simplement parlé politique fiscale et n'était pas resté pour écouter les autres intervenants. 

La conférence en question était décrite comme une sorte d'atelier de formation à la défense des droits civiques des blancs, présentés comme un groupe d'opprimés en proie aux discriminations. 

Un article de Slate.com rappelle qu'en tant qu'élu local, Scalise a été un des rares hommes politiques de Louisiane à voter contre le fait que la journée de commémoration de la mémoire de Martin Luther King Jr. soit un jour officiel de congé, comme c'est le cas dans l'immense majorité des Etats américains, une prise de position qui correspond aux revendications de groupes racistes.

Le site Vocativ note aussi que Scalise est un habitué de l'émission de radio de Tony Perkins, le chef de l'organisation homophobe Family Research Council.

Si John Boehner, le président de la Chambre, a décidé de soutenir Scalise en disant qu'il ne s'agissait que d'une erreur passée, certains conservateurs, comme le blogueur Erick Erickson, ne sont pas convaincus: «Je ne vois pas trop comment quelqu'un peut aller à un événement organisé par David Duke et dire ensuite qu'il ne savait pas.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte