Science & santéScience & santé

Vous avez plus de chance de mourir le jour de votre anniversaire

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 30.12.2014 à 12 h 14

Repéré sur The Washington Post, Annals of Epidemiology

Une nouvelle étude très sérieuse vient confirmer que le taux de décès serait plus élevé lors de ce jour de fête.

birthday cake. Photo Flickr CC par abcdz2000

birthday cake. Photo Flickr CC par abcdz2000

Si votre anniversaire reste votre journée préférée chaque année, peut-être devriez-vous changer d’avis, si l’on en croit le Washington Post. Une étude menée par le chercheur Pablo Pena et son équipe à l’université de Chicago explique que le taux de mortalité des personnes qui fêtent leur anniversaire est plus élevé de 6,7% que la moyenne aux Etats-Unis.

Pour trouver ces chiffres, les auteurs de l’étude ont eu accès aux chiffres de la Sécurité sociale américaine et ont pu analyser les dates de décès de 25 millions de personnes entre 1998 et 2011. «Les naissances et les morts n'arrivent pas de façon uniforme tout au long de l'année», ajoute le journal, expliquant qu’il a fallu mettre en place des modèles spécifiques complexes pour calculer le taux de 6,7%.

Si les données ne renseignent pas sur les causes du décès, elles permettent en revanche de distinguer des catégories d’âges. L’étude aboutit ainsi à la conclusion que le taux est le plus élevé chez les 20-29 ans, «peut être le signe d’une fête d’anniversaire qui tourne mal», note le site. Les anniversaires qui tombent le week-end sont également plus meurtriers que le reste de la semaine. Etonnamment, plus on vieillit, et plus se taux baisse: le taux de décès n’est plus élevé que de 4,6% chez les octogénaires.

En 2012 déjà, rappelle le Washington Post, une étude intitulée «La mort a une préférence pour les anniversaires» proposait des chiffres tout aussi éloquents, mais néanmoins quelque peu différents et fournissant par ailleurs des indications sur les causes des décès. Ces travaux, basés sur 2 millions de décès entre 1969 et 2008 en Suisse, avaient constaté un taux de décès supérieur de 13,8% aux jours «normaux» chez les personnes de plus de 60 ans. Le nombre de crises cardiaques augmente de 18,6 % mais, plus tragique encore, il y aurait ces jours-là 34,9 % de suicides en plus et une augmentation de 44% des chutes mortelles.

Les chercheurs parlaient alors d'une «réaction d'anniversaire», une sorte de blues incontrôlable qui nous envahit quand surgit la réalité de notre propre vieillissement. Pablo Pena a néanmoins déclaré au Washington Post que cette étude était moins poussée que la sienne, avant d'ajouter que «des recherches supplémentaires sont nécessaire pour trouver ce qu'il y a derrière ce lien entre anniversaires et décès, tels que les causes et les facteurs socio-économiques, afin de mettre en place une potentielle réponse politique pour prévenir ces morts».

Les exemples de personnages célèbres concernés par ce phénomène ne manquent pas: l’actrice Ingrid Bergman, l’artiste Raphaël, le réalisateur Chris Marker, le journaliste Léon Zitrone ou encore le dramaturge William Shakespeare sont tous décédés le jour de leur propre anniversaire. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte