Boire & manger

Ragoût aux tripes ou thé aux fourmis vertes: des remèdes anti-gueule de bois dans le monde

Repéré par Lucie de la Héronnière, mis à jour le 29.12.2014 à 15 h 21

Repéré sur The Guardian, Gizmodo, Boston.com

Vodka, «lait de tigre», jus de cornichons, gros barbecue... Quelques idées pour le 1er janvier.

Leche de Tigre (tiger’s milk)/ Carlos Varela via Flickr CCLicence By

Leche de Tigre (tiger’s milk)/ Carlos Varela via Flickr CCLicence By

Vous connaissez déjà le burger, le café, les œufs ou d’autres idées miraculeuses plus personnelles... Mais, en prévision des fiestas du nouvel an, le Guardian fait un tour du monde des remèdes anti-gueule de bois.

Les Russes utilisent par exemple du jus de cornichons ou d’autres «pickles». Buvez un verre de la saumure dans laquelle flottent vos condiments, et tout ira mieux. Selon le Guardian, «apparemment, le processus de fermentation créé des pro-biotiques bons pour la digestion, et le sel aide à remplacer les électrolytes perdus». En Mongolie, on traite le mal par le mal, avec de la vodka au petit déjeuner.

Les Sud-Africains choisissent plutôt de faire un festin de viande bien riche en matières grasses, grâce à un gros barbecue de lendemain de soirée. A manger avec un peu de chakalaka (un condiment dont vous pouvez trouver une recette ici). Gizmodo, qui évoquait d’autres remèdes du monde il y a quelques mois, décrivait aussi la boisson appelée «lait de bufflonne», consommée en Namibie (qui est en réalité un appétissant mélange de crème caillée, de rhum brun, de rhum épicé, de liqueur et de crème entière).

En Australie, on peut choisir un bon thé aux fourmis vertes, bestioles qui constituent un remède traditionnel contre le rhume et les maux de tête. 

En Amérique latine, les Mexicains ayant abusé de mezcal jettent leur dévolu sur une pancita, un très riche ragoût de tripes, mijoté avec des tomates et des piments, et en option, des oignons, du citron vert, de la coriandre hachée ou de l’origan (miam).

Au Pérou, on préfère un délicieux verre de leche de tigre (lait de tigre): c’est la marinade, à base de jus de citron et de bien bonnes petites choses (coriandre, piments, sel, poivre, oignons…), qui sert à faire le ceviche, plat national du Pérou. «Son nom vient de sa couleur laiteuse et de ses propriétés énergisantes», explique le Guardian. Notez bien, cet élixir peut aussi tout à fait être bu à l’apéro, il est réputé pour son pouvoir vivifiant, jusqu’à «réveiller les morts», mais aussi pour ses propriétés aphrodisiaques. En Argentine, on préfère boire un peu de Fernet-Branca, alcoolisé et très amer. Boston.com évoquait également au début de l'année le thé à l’origan en Equateur: facile à refaire chez vous.

La Malaisie, raconte encore le Guardian, sirote du «thé aux os de porc», un bouillon bien réconfortant, réalisé avec des morceaux de viande, des épices comme l’anis, la cannelle, mais aussi de l’ail ou du ginseng. Au Japon, on avale une poignée d’umeboshi (prunes salées, que l’on peut trouver dans des épiceries spécialisées) selon Boston.com. Et les Balinais  prennent un café, avec une bonne dose de lait concentré et… un œuf d’oie cru glissé dedans (attention, c’est l’ingrédient clé). 

Mais bon, comme l'oeuf d'oie n'est pas très facile à trouver, le Guardian nous file une recette bien plus abordable et réalisable, même si moins exotique: les oeufs (de poules) au plat avec des patates douce rôties, bonne source de glucides complexes, pour avoir un peu d'énergie en cette première journée de l'année. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte