Économie

La monnaie qui a le plus chuté en 2014 n'est pas le rouble, mais le bitcoin

Temps de lecture : 2 min

Et ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle pour la devise virtuelle.

REUTERS/Benoît Tessier.
REUTERS/Benoît Tessier.

On a beaucoup parlé de la chute du rouble en 2014, mais il est une monnaie qui a essuyé une baisse encore pire, selon Bloomberg: le bitcoin. A la date du 22 décembre, la monnaie virtuelle avait perdu 56% de sa valeur en un an, d'après l'agence, à 326 dollars. Un chiffre qui représente même une baisse de 70% par rapport à son plus-haut de près de 1.125 dollars, atteint fin novembre 2013.

En comparaison, le rouble a perdu environ 42% de sa valeur et la hryvnia ukrainienne près de 48%. Des baisses qui sont un peu moins impressionnantes ramenées en euros, puisque la monnaie unique a elle aussi perdu du terrain par rapport au dollar depuis janvier, passant de 1,38 dollar pour un euro à moins de 1,23 dollar.

Dans un récent article sur le bitcoin, les Echos expliquaient que «n’importe quel actif financier traditionnel qui connaîtrait pareil sort serait condamné à plus ou moins brève échéance. Mais pas le bitcoin, un actif inclassable, entre devise, matière première et technologie» pour qui un repli pourrait en fait être profitable: «Il découragerait un peu la spéculation, faciliterait et étendrait son usage comme moyen de paiement au sein de l’écosystème bitcoin.»

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Intempéries mortelles au Japon, réouverture du Musée du Louvre et évolution de la pandémie... La semaine du 4 juillet 2020 en images.

Ces jeunes qui ont perdu leur boulot à cause du Covid-19

Ces jeunes qui ont perdu leur boulot à cause du Covid-19

Licenciement économique, non-renouvellement de contrats courts... Une déferlante s'annonce chez les moins de 30 ans.

Quand faut-il laisser un pourboire au restaurant et combien?

Quand faut-il laisser un pourboire au restaurant et combien?

Il améliore considérablement le salaire des serveurs et des serveuses. À condition de le donner dans une démarche de reconnaissance, sans mépris, et de s'assurer qu'il leur revienne.

Newsletters