Economie

En 2014, la France ne serait plus (officiellement) que la sixième économie mondiale

Repéré par Jean-Marie Pottier, mis à jour le 27.12.2014 à 13 h 51

Repéré sur CEBR

C'est du moins ce dont font état les derniers chiffres, à analyser avec précaution, du Centre of Economics and Business Research.

La colonne Nelson à Trafalgar Square. REUTERS/Russell Boyce.

La colonne Nelson à Trafalgar Square. REUTERS/Russell Boyce.

Selon des chiffres publiés, vendredi 26 décembre, par le Centre of Economics and Business Research (CEBR), un institut statistique indépendant basé à Londres, la France n'est plus la cinquième économie du monde ni la deuxième économie européenne, positions pour lesquelles elle est désormais devancée par le Royaume-Uni.

Un constat statistique qui mérite néanmoins deux sérieux bémols. Le premier est l'écart entre les deux pays: le CEBR note que «comme les chiffres du PIB 2014 sont de 2.828 milliards de dollars pour le Royaume-Uni et de 2.827 pour la France, il se situe bien en-dessous de la marge d'erreur», à 1 petit milliard. L'an dernier, l'écart entre les deux économies se situait à 200 milliards de dollars environ en faveur de la France, et ce qui se passe reflète donc le différentiel de croissance de 2014: 0,4% attendus en France, 3,2% au Royaume-Uni.

Le second bémol a trait au calcul du PIB. Le CEBR précise que le Royaume-Uni vient juste de réviser ses chiffres pour y inclure «les revenus ayant trait au commerce de la drogue et à la prostitution», ce ne ne fait pas la France. Plusieurs médias britanniques, comme The Independent, font d'ailleurs état de ce bémol dès le titre de leur article. Comme l'expliquait le Guardian en juin au moment de l'introduction de cette nouvelle mesure comptable, la prise en compte de cette économie souterraine représente environ 65 milliards de livres sterling pour l'économie britannique (l'équivalent de 100 milliards de dollars). Le Telegraph souligne lui que, en France, l'Insee refuse pour l'instant d'effectuer cette comptabilisation en arguant du fait qu'elle est fondée sur la dépendance des toxicomanes ou l'exploitation des prostituées.

Notons par ailleurs que selon d'autres chiffres, ceux du FMI, la France devrait se maintenir devant le Royaume-Uni en termes de PIB en 2014, qu'on le calcule de manière globale, par tête ou en parités de pouvoir d'achat. En revanche, les prévisions à long terme sont moins optimistes pour la France… D'ici à 2019, elle glisserait au 8e rang mondial, dépassée (cette fois sans ambiguïté) par le Royaume-Uni, mais aussi par le Brésil et l'Inde, et verrait la Russie (encore à 900 milliards de dollars de distance actuellement) se rapprocher dangereusement.

FMIRoyaume-UnicroissanceCEBRPIB
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte