Slatissime / Culture

Du verre pour briser la glace

Temps de lecture : 2 min

©Ludovic Roth/ARRO Studio
©Ludovic Roth/ARRO Studio

Ils imaginent scénographies, objets et espaces en Europe, en Asie ou aux Etats-Unis avec un talent égal. Ludovic Roth et Erik Arlen, les deux designers fondateurs d'ARRO studio, font mentir l'image d'un «jeune» design français plus esthétique que fonctionnel et limité à la production d'objet de galerie qui fera vendre du magazine glossy mais ne paiera guère le loyer...

©Ludovic Roth/ARRO Studio

©Ludovic Roth/ARRO Studio

©Ludovic Roth/ARRO Studio

S'ils n'accordent pas beaucoup d'interviews, c'est qu'ils sont trop occupés à courir la planète. Loin d'eux l'idée de s'en vanter; ils s'en excusent, presque gênés d'expliquer qu'ils étaient hier en Italie, demain à Londres et la semaine prochaine au Japon, invités à donner une conférence. Ces deux-là ont grandi ensemble, se complètent et se connaissent si bien qu'ils terminent la phrase l'un de l'autre. Ils ont un commun, outre un sacré nombre de souvenirs et anecdotes, une curiosité dévorante.

Au gré de leurs collaborations variées (avec Toyota, Seiko, la Clique de Lionel Bensemoun et André Saraiva, Nike ou Puma, le designer Mathieu Lehanneur, le photographe JR pour Bagua Shoes, ou encore Audio Technica au Japon), ils développent de nouvelles techniques, toujours avides d'aborder de nouveaux territoires.

Le verre leur était encore quasi inconnu; pour briser la glace, Ludovic Roth a participé à l'atelier organisé à Boisbuchet, domaine méridional d’Alexander von Vegesack (directeur et cofondateur du Vitra Design Museum). Comme chaque été, le château, ses terres et dépendances reçoivent -sur 150 hectares- célèbres designers et «starchitectes» venus animer des ateliers auxquels participent d'amateurs et de professionnels venus du monde entier.

Ici, on laisse Pritzker price («l'oscar» de l'architecture) et costume au vestiaire. Jean-baskets de rigueur, tout le monde se relaie pour préparer ou servir les repas. On échange, on écoute, on teste. Paul Haigh, architecte et designer surdoué, y anime depuis 2006 le GlassLab, un projet du Corning Museum of Glass (Etat de New York).

©Ludovic Roth/ARRO Studio

Ludovic Roth a observé les techniques utilisées par les souffleurs de verre et tiré parti de tous les outils spécialement conçus sur place: taillés dans le bois et fonctionnant par deux, ces instruments guident la déformation du verre lorsqu'il est soufflé. Et ainsi sont nées les «empreintes». Explorant le rapport entre déformations et couleurs, opacité et transparence, le designer a poussé la déformation intérieure du vase jusqu’à créer deux compartiments distincts, permettant au vase de devenir double contenant.

©Ludovic Roth/ARRO Studio

©Ludovic Roth/ARRO Studio

©Ludovic Roth/ARRO Studio

(Les souffleurs de verre sont Amy Krugger, Francois Damien, DH McNabb et Lewis Olson.)

Elodie Palasse-Leroux

Newsletters

L’important n’est pas de vivre les choses, c’est de savoir les débriefer

L’important n’est pas de vivre les choses, c’est de savoir les débriefer

Nos quatre options pour sublimer la banalité de votre quotidien et captiver votre auditoire.

Pourquoi s’enfoncer des choses bizarres dans l’anus?

Pourquoi s’enfoncer des choses bizarres dans l’anus?

Une cloche, un verre à pied, un smartphone… ces objets ont un point commun: ils se retrouvent régulièrement perdus au fin fond des canaux rectaux.

Notre petite voix intérieure, cette amie bavarde capable du meilleur comme du pire

Notre petite voix intérieure, cette amie bavarde capable du meilleur comme du pire

Qui est cette personne qui me casse non-stop les oreilles? Ah ben c’est moi.

Newsletters