Monde / Allemagne

A Berlin, un organisme propose des réfugiés comme colocataires

Temps de lecture : 2 min

REUTERS/Fabrizio Bensch.
REUTERS/Fabrizio Bensch.

Toujours plus de réfugiés originaires des pays arabes et africains arrivent ces dernières années en Allemagne, qui est aujourd'hui la première destination des demandeurs d'asile en Europe. Rien qu'à Berlin, le nombre de réfugiés a grimpé cette année d'un tiers par rapport à 2013, passant de plus de 6.000 à plus de 9.000 personnes, comme le rapporte le site de la chaîne de télévision RBB.

Conséquence: les centres d'accueil de la capitale allemande sont débordés et six «villages» de containers aménagés sont en train d'être construits à la hâte dans plusieurs quartiers pour créer de nouvelles places d'hébergement, tandis que depuis deux ans, les actions de protestation se multiplient du côté des réfugiés sans-abri, de campements sauvages en plein centre-ville à des occupations de bâtiments en passant par plusieurs grèves de la faim.

Afin d'offrir un toit au plus grand nombre d'entre eux, deux jeunes colocataires berlinois ont lancé à l'automne un site internet baptisé «Réfugiés bienvenus», qui permet aux habitants d'une colocation à la recherche d'un nouveau colocataire d'héberger chez eux un demandeur d'asile:

«L'hébergement de personnes réfugiées dans un logement privé a des avantages pour les deux parties: les réfugiés habitent dans un logement convenable, nouent plus facilement des contacts et apprennent plus vite la langue. Vous apprenenez à connaître une autre culture et venez en aide à une personne dans une situation difficile.»

Comme le rapporte le quotidien berlinois Der Tagesspiegel, le designer Jonas Kakoschke a eu l'idée de créer ce site avec sa colocataire en choisissant d'héberger un demandeur d'asile malien en son absence, celle-ci partant à l'étranger pour dix mois. Le loyer est entièrement financé grâce à des dons, explique Kakoschke au quotidien Berliner Zeitung:

«Nous avons fait un appel aux dons auprès de notre famille et de nos amis. En deux semaines, nous avons réuni de quoi payer le loyer pendant un an. Le loyer coûte 380 euros par mois. Nous voulons aussi donner envie à d'autre personnes intéressées de faire la même chose et de récolter des micro-dons.»

Le principe est simple: les colocataires souhaitant accueillir un réfugié s'inscrivent sur le site et donnent quelques informations de base telles que leur moyenne d'âge et les langues qu'ils parlent, et sont ainsi mis en relation avec une personne travaillant au contact des demandeurs d'asile présents dans leur ville. Cette dernière se met à la recherche d'une personne ayant à peu près le même âge et maîtrisant une des langues parlées dans la colocation. Une rencontre est ensuite organisée entre les futurs colocataires afin qu'ils puissent faire connaissance, à l'issue de laquelle le demandeur d'asile pourra emménager rapidement dans le logement si l'échange est positif.

Plusieurs Länder, comme celui de Berlin, prennent en charge le financement du loyer. Dans le cas contraire, les auteurs du site internet recommandent aux candidats de récolter des dons auprès de leurs proches ou d'avoir recours au crowdfunding.

Newsletters

La mort de Ruth Bader Ginsburg questionne la démocratie américaine

La mort de Ruth Bader Ginsburg questionne la démocratie américaine

Les conséquences politiques du décès de la juge de la Cour suprême montrent à quel point les institutions du pays sont antidémocratiques.

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Plongée dans la logorrhée du président américain.

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Newsletters