Culture

La parodie de «Downton Abbey» avec George Clooney est ce que vous verrez de meilleur cette semaine

Temps de lecture : 2 min

©ITV
©ITV

Noël n'est pas la meilleure saison pour les séries aux Etats-Unis, mais en Angleterre, c'est toujours un festival de Christmas specials et d'épisodes bonus en tout genre. Cette année néanmoins, les Anglais se sont surpassés: une parodie de Downton Abbey créée pour la levée de fonds d'une association caritative vient vous offrir le meilleur moment de télé que vous verrez au moins jusqu'à ce que 2015 pointe le bout de son nez —et George Clooney, qui y fait une apparition, n'est même pas la partie la plus intéressante de ce segment.

C'est charmant de revoir les personnages de Downton, mais c'est surtout drôle d'apprendre que tout le monde est conscient du défaut de la série: sa tendance à se répéter. Dans la première partie de la parodie, un moment de bonheur partagé par toute la famille est suivi—comme cela semble être systématiquement le cas dans la série—par de mauvaises nouvelles.

Un télégramme arrive apprenant que Lord Grantham (Hugh Bonneville) a perdu toute la fortune familiale. «Ho non! encore!» s'exclame sa femme, Cora —de même que tous les spectateurs qui connaissent bien Downton Abbey.

Le sketch se transforme ensuite en une version de La vie estg belle, avec Joanna Lumley (Patsy Stone d'Absolutely Fabulous) déguisée en ange, montrant à Lord G. à quel point la vie serait affreuse s'il n'était jamais né. (Vous vous demandez pourquoi Jeremy Piven apparaît, déguisé en pionnier du petit commerce Harry Selfridge, c'est parce qu'à l'instar de Downton, la série Mr. Selfridge est diffusée sur la chaîne ITV en Angleterre).

Dans la seconde partie de la parodie, les blagues sur la triste vie amoureuse d'Edith, sur le statut social compliqué de Tom Branson, anciennement chauffeur, les complots incessants ourdis par Thomas, et les piques lancées par la douairière sont tous surpassés par le caméo du créayeur de Downton, Julian Fellowes. Alors que Lord Grantham souligne que «cela n'a aucun sens» que sa fille existe si lui-même n'a jamais existé, Fellowes balaye la remarque: «Ne t'inquiète pas pour ça. Tout le monde s'en fout.» Lord Grantham exprime alors l'agacement justifié de tout bon spectateur de Downton: «Mais en revanche si quelqu'un mange un pamplemousse avec la mauvaise cuillère, tu es furieux?» Fellowes répond: «Oui mais c'est différent. Là on parle de l'argenterie».

Newsletters

En attendant le retour des concerts, les podcasts à écouter par genre musical

En attendant le retour des concerts, les podcasts à écouter par genre musical

À défaut de sauter dans des salles humides ou de déguster une galette-saucisse en festival, cette sélection devrait combler vos oreilles mélomanes.

Quand le Covid-19 fera son entrée au musée

Quand le Covid-19 fera son entrée au musée

Alors que la pandémie a contraint les institutions culturelles du monde entier à fermer leurs portes, certaines s'affairent à collecter objets, photos et témoignages qui serviront à raconter son histoire.

«Wind of Change» de Scorpions, la CIA et la propagande par la pop

«Wind of Change» de Scorpions, la CIA et la propagande par la pop

On pourrait penser que la diplomatie par la culture n'a plus d'impact dans un monde où la musique circule partout. Pourtant, l'usage de cette dernière comme arme politique reste efficace.

Newsletters