Science & santé

Le porno fait-il vraiment baisser le nombre de mariages? Spoiler: ceci est une étude à la con

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 23.12.2014 à 11 h 39

Repéré sur The Washington Post, Slate.com, Gizmodo

L’accès gratuit à de la pornographie sur Internet serait un des facteurs responsables de la baisse du nombre de mariage, selon certains scientifiques. Dont le raisonnement est contesté.

Backlit keyboard Photo Wikimedia CC by Colin

Backlit keyboard Photo Wikimedia CC by Colin

Des chercheurs allemands ont tenté de démontrer que l’augmentation de l’offre gratuite de pornographie en ligne contribuerait à la baisse du pourcentage d’hommes mariés. Le Washington Post explique que l’étude s’est concentrée sur les hommes âgés de 18 ans à 35 ans et sur leur consommation Internet, notamment de porno et de sites religieux, censée expliquer leur relation au mariage. 

«L’usage de la pornographie en particulier était plus lié aux participants qui n’étaient pas mariés que n’importe quel autre type de site, qu'il soit financier, consacré aux informations, sportif...», explique le journal. Ce qui peut sembler cohérent: on peut penser que les hommes mariés regardent, en général, moins de porno. Michael Malcom, professeur à l’université de West Chester en Pennsylvanie, évoque de son côté la «gratification sexuelle» que cherche l'homme, désormais rendue accessible grâce à la pornographie, rendant l’union avec une femme moins «nécessaire» aux hommes.

Seulement voilà, cette étude ne peut pas être prise complètement au sérieux.

Jordan Weissmann sur Slate.com met en doute le lien de causalité entre pornographie et mariage. Et plus précisément deux critères employés dans l’étude: le niveau d’éducation du père des hommes ayant participé à l’étude, et le lieu d’habitation de ces derniers.

«Les auteurs ont estimé que les fils de père éduqués seraient plus exposés à la technologie, et donc plus enclin à l’utilisation d’Internet une fois adultes. Ils ont trouvé que les villes avaient de meilleures infrastructures Internet, rendant ces hommes plus à même de regarder du porno.»

Le problème, c’est que l’étude n’a pas pris en compte de nombreux critères qui peuvent influencer l’usage régulier du porno ou non. Par exemple, les hommes vivant près du métro, rendant leurs possibilités de déplacement (et donc de rencontres) plus grandes, ou encore ceux privilégiant leur carrière plutôt que leur vie amoureuse. Autre souci, les données récoltées ne comptent pas les hommes au-delà de 35 ans. Ce qui est une erreur puisque se marier quand on est plus âgé est devenu bien plus courant de nos jours.

Egalement peu convaincu par l’étude, le site Gizmodo estime que «l’idée selon laquelle les hommes prennent la décision d’un engagement romantique en se fondant sur l’accessibilité à des visuels masturbatoires est en soi misogyne».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte