Le pétrole sera bientôt une énergie renouvelable

Du pétrole au Venezuela. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

Du pétrole au Venezuela. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

Les énergies fossiles, à savoir le pétrole, le gaz naturel et le charbon, se sont formées il y a des centaines de millions d’années. Elles sont le fruit de la décomposition sous une forte pression et une forte chaleur de déchets organiques plantes et animaux qui ont vécu sur terre il y a des centaines de millions d’années. Et nous dépensons ces ressources limitées pour faire fonctionner notre économie moderne.

Compte tenu du fait qu’il a fallu des millions d’années pour constituer les réserves de pétrole, de gaz et de charbon, la question de la consommation rapide de ses ressources et de leur épuisement s’est toujours posée. C’est ce qui a donné naissance à la théorie du Peak Oil qui stipule qu’à un moment, en général estimé proche, la production de pétrole atteindra un sommet et commencera ensuite à décliner. Toutes les prévisions annonçant le Peak Oil, les premières remontent à 1909, se sont avérées fausses jusqu’à aujourd’hui, mais un jour elles seront confirmées par les faits et ce jour approche. Certains s'en réjouissent, mais l'ensemble de la planète consomme encore avant tout de l'énergie fossile.

Bien sûr, les énergies fossiles étant créées par d’anciens organismes vivants, avec assez de temps, de chaleur et de pression, elles peuvent se reconstituer dans le sol. Mais il faut des dizaines ou des centaines de millions d’années. A moins qu’on puisse nettement accélérer le processus. C’est exactement ce que des chercheurs et des entreprises américaines sont en train de faire.

Des scientifiques utilisent des algues pour créer un carburant qui ressemble beaucoup au pétrole brut. Ce n’est pas tout à fait une surprise compte tenu du fait que le pétrole de schiste, par exemple, provient d’algues marines qui ont été soumises dans le sous-sol a de fortes pressions et de fortes températures. Mais un processus découvert par la Laboratoire national du Pacifique nord-ouest du ministère américain de l’énergie (U.S. Department of Energy's Pacific Northwest National Laboratory) permet de transformer une mixture d’algues et d’eau en une sorte de pétrole en moins d’une heure!

La technique est appelée «liquéfaction hydrothermale» et peut être aussi utilisée avec d’autres matériaux organiques comme ceux issus des systèmes d’épuration d’eaux. Une société, Sapphire Energy, est à la pointe pour produire du pétrole de cette façon. Elle construit au Mexique une «ferme» de production à partir d’algues dont on peut voir ici des images.

Le pétrole vert, c’est comme cela qu’il est appelé, nécessite pour être produit du soleil, de l’eau non potable, des terres non fertiles et de l’air pour transformer les algues en ersatz de pétrole. Ce qui est particulièrement intéressant est que la principale source d’énergie est le dioxyde de carbone que l’algue transforme en pétrole. Les algues consomment 12 à 14 kilos de dioxyde de carbone pour produire un gallon (3,7 litres) de pétrole. Cela revient à réduire de 70% les émissions de gaz à effet de serre par rapport à du pétrole sorti du sous-sol. Il s'agit encore d'expérimentations et la faisabilité économique est loin d'être prouvée. Mais le pétrole pourrait bien devenir une énergie... renouvelable.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt. > Paramétrer > J'accepte