France

Pétition pour des primaires ouvertes au PS

Slate.fr, mis à jour le 26.08.2009 à 13 h 04

Primaires2012 publie ce mercredi une liste de 100 personnalités politiques et issues de la société civile soutenant une pétition en faveur d'une «primaire populaire à gauche» pour désigner le candidat de 2012, c'est-à-dire une primaire ouverte.

Ce texte initié par Terra Nova (un think tank proche du PS) et son président Olivier Ferrand, invite les Français à se prononcer pour la désignation du candidat socialiste (ou de la gauche tout entière, si les partenaires du PS souscrivent à la démarche) pour 2012, et régler ainsi «le problème du leadership». Parmi les premiers soutiens politiques figurent de nombreux socialistes: de Bertrand Delanoë, à Pierre Moscovici, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, en passant par des grands anciens, comme Jack Lang ou Michel Rocard, actuellement co-président de la commission sur le grand emprunt.

La démarche renforce Arnaud Montebourg, qui le 20 août dans le Nouvel obs, avait menacé de quitter le PS si des primaires ouvertes n'étaient pas organisées. Il avait alors déclaré:

Il y a dans ce parti trop de violence, trop de blocages, trop de poussières sous les tapis, trop de petits calculs pour que le militant que je suis, fidèle à ses idées et fier de ses engagements, ne tente pas son dernier combat. (...) La société -et nos adversaires- bougent trop vite pour que nous nous payions le luxe de dix nouvelles années de surplace. Que les murs tombent!

Des personnalités extérieures renforcent aussi l'étendue de l'appel. Jean Peyrelevade (Modem) et Noël Mamère (Verts) ont par exemple apposé leur nom. Des intellectuels et personnalités du monde artistique se signalent aussi, comme Olivier Poivre d'Arvor, Patrice Chéreau, ou Pierre Bergé. Un des enjeux principaux des primaires, si elles sont organisées, risquent d'être l'ouverture du PS, notamment vers le MoDem, comme le prône Vincent Peillon. Samedi dernier, il a accueilli triomphalement Marielle de Sarnez, la vice-présidente du parti de François Bayrou, lors du rassemblement de son courant à Marseille.

Evidemment, la perspective des primaires ne séduit pas tout le monde. Jean-Luc Mélenchon, ancien membre du PS et fondateur du Parti de gauche, a rejeté lui cette idée. Dans un entretien au Monde, il explique qu'il n'est «pas question qu'une toute petite partie de l'opinion fixe le plus petit commun dénominateur des forces de gauche».

De plus, il estime que le débat sur la proposition d'alliance PS-Verts-MoDem faite par Vincent Peillon le 22 août, « est caractéristique du niveau misérable du débat à gauche en France (...) Le débat sur l'alliance PS-Verts-MoDem ne se fait sur aucun thème concret, il est uniquement question de combinaisons politiciennes».

Cependant, selon un sondage Viavoice pour Libératon, les Français sont de plus en plus convaincus que les primaires ouvertes sont un bon système de désignation du candidat socialiste. 57% le pensaient en mars, ils sont maintenant 67%.

[Lire l'article complet sur Libération.fr et primaires2012.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Arnaud Montebourg au Congrès de Reims en 2008/ Reuters, Benoît Tessier

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte