Économie

«I can't breathe» pourrait devenir une marque déposée

Temps de lecture : 2 min

La phrase est devenue le symbole de la résistance contre les violences policières au Etats-Unis.

REUTERS/Carlo Allegri
REUTERS/Carlo Allegri

Je ne peux plus respirer. C'est la dernière phrase prononcée par Eric Garner, alors qu'un policier essayait de l'immobiliser en l'étranglant. Depuis la non inculpation du policier, cette phrase –«I can't breathe»– est devenue un symbole de la lutte contre les brutalités policières, mais certains y voient déjà une opportunité commerciale.

En effet, pourquoi ne pas essayer d'en faire une marque déposée pour vendre des t-shirts ornés de ce slogan?

C'est l'idée de Catherine Crump, une Américaine de 57 ans qui vit dans la région de Chicago. Sans avoir consulté la famille d'Eric Garner, elle a fait sa demande le 13 décembre auprès de l'office des brevets et marques déposées, rapporte le Chicago Tribune. Sur le formulaire, elle explique que son but est de vendre «des sweats à capuche, et des t-shirts pour hommes, femmes, enfants et bébés avec la phrase “I can't breathe”». Si sa demande est acceptée, cela voudrait dire que toute autre personne qui voudrait mettre la phrase sur des vêtements devrait lui payer des droits.

Cependant, un professeur de droit interviewé par le Chicago Tribune explique que pour obtenir cette marque déposée, il faut pouvoir prouver qu'on est la première personne à avoir créé des t-shirts avec la phrase. Il ne suffit donc pas d'être la première personne à avoir fait la demande officielle.

Le site Smoking Gun rapporte que cet été, trois autres «entrepreneurs» ont fait des demandes de marque déposée pour la phrase «Hands up don't shoot» (Haut les mains, ne tirez pas), un slogan scandé dans les manifestations après la mort de Michael Brown à Ferguson.

Newsletters

Seule une réforme structurelle du système permettrait au Liban de se relever

Seule une réforme structurelle du système permettrait au Liban de se relever

La catastrophe qui vient de frapper Beyrouth s'ajoute à la situation financière qui grève le pays depuis des années.

Poppy, la poupée des «Trolls» au bouton mal placé

Poppy, la poupée des «Trolls» au bouton mal placé

Après une série de plaintes, Hasbro est en train de retirer le produit des rayons.

Une vie sauvée vaut 37 fois le coût du sauvetage par les pompiers

Une vie sauvée vaut 37 fois le coût du sauvetage par les pompiers

Dans les Bouches-du-Rhône, une opération sanitaire permettrait d'économiser, en moyenne et en valeur de vie humaine, 38.991 euros.

Newsletters