Égalités / Monde

Conférence de presse historique: Barack Obama répond uniquement à des questions posées par des journalistes femmes

Temps de lecture : 2 min

Barack Obama lors d'une conférence de presse. REUTERS/Larry Downing.
Barack Obama lors d'une conférence de presse. REUTERS/Larry Downing.

Pour sa dernière conférence de presse de l'année, le président Barack Obama a pris huit questions de journalistes qui levaient la main, et pour la première fois de l'histoire, il n'a répondu qu'à des questions venant de reporters femmes.

Sur Twitter, de nombreuses journalistes ont immédiatement célébré cette domination féminine, rapporte le Washington Post.

«Vous avez vu à quel point les conférences de presse peuvent être instructives quand ce sont les femmes qui posent les questions?» a tweeté Gwen Ifill de la chaîne PBS.

Selon Ann Compton, l'ancienne correspondante d'ABC News qui a couvert la Maison Blanche pendant 40 ans, c'est bien la première fois de l'histoire qu'un president américain ne prenait que des questions de femmes.

Certains hommes se sont sentis un peu visés, comme Chris Geidner de Buzzfeed: «Prochain mémo: En 2015, seules les femmes seront acceptées dans la salle de briefing

Ce genre de conférence est d'habitude dominée par les journalistes télévision hommes, qui sont pour la plupart assis au premier rang, mais cette fois-ci tous les correspondants qui ont parlé étaient des femmes qui travaillaient pour la radio ou la presse (entre autres pour Politico, Bloomberg et le Wall Street Journal).

Josh Earnest, le porte-parole de la Maison Blanche, a expliqué que ce briefing 100% femmes n'était pas le fruit du hasard. Il y avait une volonté de laisser place aux nouvelles têtes:

«Il y a beaucoup de femmes venant d'une grande variété de médias qui travaillent dur pour informer les gens sur le président des Etats-Unis. Alors que nous étions en train d'établir la liste des journalistes, nous nous sommes rendus compte que cette conférence était une occasion unique de mettre en valeur le travail de ces femmes

Mais pour ne pas trop heurter les sensibilités des correspondants habitués à être écoutés, le site Politico rapporte que les chaînes de télévision avaient été prévenues à l'avance que les questions de leurs journalistes seraient ignorées car leurs correspondants avaient déjà pû poser deux questions chacun depuis novembre.

Pendant le briefing, Obama a notamment abordé le piratage de Sony (selon lui, l'annulation de la sortie de The Interview était «une erreur») ains que les relations avec Cuba.

Une historienne interviewée par Time magazine rappelle qu'avant la présidence de George Bush père, élu en 1989, il aurait été impossible de trouver huit femmes dans la salle de briefing, dans la mesure où quasiment tous les correspondants à la Maison Blanche étaient alors des hommes.

Slate.fr

Newsletters

Un 24 novembre contre les violences sexuelles sous le signe de la division

Un 24 novembre contre les violences sexuelles sous le signe de la division

S'il y a toujours eu des divisions, le paysage actuel est beaucoup plus éclaté que dans les années 1970, avec une multitude d'associations aux revendications spécifiques.

Pourquoi se revendiquer «transfuge de classe» alors qu’on ne l’est pas?

Pourquoi se revendiquer «transfuge de classe» alors qu’on ne l’est pas?

Prolétariser ses origines sociales permet de mettre en valeur une trajectoire individuelle soi-disant liée au mérite, ou à une maîtrise polyvalente des différents codes et des rites sociaux.

Sur Grindr, la chasse aux comportements toxiques est ouverte

Sur Grindr, la chasse aux comportements toxiques est ouverte

Dans une culture du «pas de gros, pas de folles», plaider pour la gentillesse sur les plateformes de rencontre pourrait bien constituer un geste radical.

Newsletters