Economie

La fin de l’Airbus A380 et du Boeing 747

Repéré par Eric Leser, mis à jour le 20.12.2014 à 11 h 22

Repéré sur Flight Club, Le Point

Airbus A380 aux couleurs d'Emirates, à Hambourg, en 2010. REUTERS/Christian Charisius

Airbus A380 aux couleurs d'Emirates, à Hambourg, en 2010. REUTERS/Christian Charisius

Coïncidence, la même semaine les plus grands avions civils de transport de passagers, le Boeing 747 et l’Airbus A380, ont fait l’objet d’informations dont leurs constructeurs se seraient bien passées. Ils pourraient bien voir leurs lignes de production être fermées dans les prochaines années et les géants des airs quadriréacteurs être définitivement mis sur la touche par les derniers modèles biréacteurs, de technologies plus modernes, plus légers, plus économes et plus pratiques.

C’est bien simple, plus aucune compagnie aérienne ne commande d’Airbus A380 ou de Boeing 747.

Boeing vient donc d’annoncer pour la troisième fois en deux temps qu’il réduit la production de 747 de 18 appareils à 16 par an. Il n’y a eu aucun ordre cette année pour la dernière version le 747-8 et le constructeur a même fabriqué deux 747 cargo qui attendent toujours des acheteurs. En production depuis 1969, le 747 est un mythe de l’aviation. Plus de 1500 appareils ont été construits dans le plus grand hangar du monde à Everett dans l’Etat de Washington.

Mais celui qui a été surnommé Jumbo Jet n’est pas une exception. Airbus n’a reçu aucune commande cette année pour l’A380, encore plus grand que le 747. Le directeur financier de l’avionneur européen, Harald Wilhelm, a expliqué à des investisseurs que la production de l’A380 qui est en service depuis 2006 pourrait cesser en 2018 si des améliorations ne sont pas apportées au modèle pour le rendre plus compétitif en terme de coûts opérationnels pour les compagnies. La chaîne de production est occupée pendant les trois prochaines années. A partir de 2018, plus rien.

Le Président exécutif d’Airbus, François Brégier, s’est voulu rassurant. Le constructeur va lancer un A380neo et un modèle encore plus grand le A380-900. Il pourra accueillir 650 passengers en version standard et jusqu’à 900 en version économique.

Contrairement à Boeing, Airbus n’a pas encore amorti les coûts de développement de son «géant des airs» estimés à 25 milliards de dollars. Airbus a livré au jour d’aujourd’hui 168 A380, a enregistré 318 commandes et pour que le modèle soit rentable, il lui faut en vendre au moins 530.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte