Les athées, interdits de postes officiels dans sept Etats américains

Dieu le Père (Musée J.-J. Henner) par Jean-Pierre Dalbéra via FlickrCC // License by

Dieu le Père (Musée J.-J. Henner) par Jean-Pierre Dalbéra via FlickrCC // License by

Si vous êtes américain athée et que vous voulez devenir conseiller municipal ou juré dans un tribunal au Maryland, il vaut mieux renoncer. Cet Etat de l’est des Etats-Unis à quelques dizaines de kilomètres de la capitale fédérale Washington et à moins de 200 kilomètres de la ville de New York est l’un des sept Etats des Etats-Unis à interdire l’accès à des fonctions publiques à ceux qui ne croient pas en Dieu... et qui le disent. C’est aussi le cas dans plusieurs Etats du sud et non des moindres: l’Arkansas, le Mississippi, la Caroline du nord, la Caroline du sud, le Tennessee et le Texas.

Comme l’explique au site américain Vice, Rob Boston, le directeur de la Communication de l’association des Américains unis pour la séparation de l’Eglise et de l’Etat («Americans United for Separation of Church and State»), si ces lois discriminaient «les juifs, les catholiques ou les mormons, elles auraient été abrogées il y a longtemps». Et pourtant ces lois dignes d’un Etat théocratique sont en contradiction avec la Constitution des Etats-Unis qui sépare les Eglises et l’Etat et avec une décision unanime de la Cour suprême qui remonte à… 1961. La plus haute juridiction américaine stipulait alors que les Etats «ne peuvent pas avoir de tests religieux pour attribuer des fonctions publiques» et qu’il doivent être en conformité avec l’article VI de la Constitution des Etats-Unis qui stipule de la même façon «qu’aucun test religieux n’est nécessaire pour l’obtention d’un poste fédéral officiel».

Le rejet aux Etats-Unis de ceux qui rejettent la religion n’est pas seulement le fait de lois anciennes et d’Etats rétrogrades. Il est ancré dans les mentalités. Selon un sondage publié en juin de cette année par le Pew Research Center, près de 50% des Américains désapprouveraient le mariage de quelqu’un de leur famille avec une personne athée. La même étude montre que plus de la moitié des Américains hésiteraient à voter pour un candidat à l’élection présidentielle qui ne serait pas croyant. Ils seraient plus enclins à «pardonner» à ce même candidat l’adultère ou la consommation de drogues légères.

«Très peu de politiques sont près à prendre des risques pour la communauté athée», souligne Rob Boston. «Ils ne pensent pas avoir quoi que ce soit à y gagner, donc ils ne font rien».

Partager cet article