Science & santé

Les chiffres surprenants de l'obésité par profession

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 19.12.2014 à 11 h 31

Repéré sur Wall Street Journal

One size fits all / Ralph Aichinger via Flickr CC License By

One size fits all / Ralph Aichinger via Flickr CC License By

La lutte contre l’obésité dans les entreprises américaines passe d’incitations douces à des politiques plus déterminées et personnalisées, explique dans un article le Wall Street Journal. Certaines proposent des séances d’exercices physiques, des conseils nutritionnels, un soutien psychologique et émotionnel ou même des trackeurs permettant de mesurer les efforts réalisés quotidiennement.

Il faut dire que l’obésité est, à l’instar d’autres pathologies, considérée comme un coût par les employeurs, en raison des dépenses de santé comme de la productivité moindre et de l’absentéisme qui en découlent.

Le Wall Street Journal publie à cette occasion des chiffres surprenants du taux d’obésité par profession aux Etats-Unis.

Taux d'obésité par profession aux Etats-Unis, publié par le Wall Street Journal.

C’est dans le groupe composé des pompiers, des officiers de police et des agents de sécurité que ce taux est le plus élevé, dépassant 40% selon des données recueillies en 2010 et publiées dans une revue médicale cette année. Autour de 35% d’obésité, on trouve les travailleurs sociaux et les membres du clergé, les assistants médicaux à domicile, les masseurs, les architectes et les ingénieurs.

Les professions dans lesquelles l’obésité est la moins répandue sont, logiquement, les «artistes, athlètes, acteurs et reporters» mais la catégorie la moins touchée est celle des «économistes, scientifiques et psychologues».

Ces résultats concordent avec ceux obtenus aux Etats-Unis par d’autres études, en particulier l’une d’entre elles publiée en janvier 2014. Les universitaires, les médecins généralistes et spécialistes ont le plus faible taux d’obésité par profession, les chauffeurs de poids lourds, la police et les pompiers, les professions de santé ont les taux les plus élevés.

Certaines professions non sédentaires sont donc très touchées par l’obésité, ce qui peut être dû au stress important de ces métiers. A l’inverse, toutes les professions sédentaires ne sont pas touchées avec la même intensité. Dans un call center de l’entreprise de vente par correspondance L.L. Bean, un examen des employés a permis de constater que 85% d’entre eux étaient en surpoids ou obèses, écrit le Wall Street Journal. Mais les chercheurs et économistes, peu touchés par l'obésité, ne sont pas moins sédentaires que les employés de call-center. Ces écarts s’expliquent sans doute par le niveau socio-professionnel, puisque l’obésité des enfants est par exemple très dépendante de la profession de leurs parents.

Une étude du ministère français des Affaires sociales, qui remonte à des données du milieu des années 2000, observait que «la prévalence du surpoids et de l’obésité est moins élevée chez les enfants dont le père est cadre par rapport aux enfants d’ouvriers, reflétant des différences d’habitudes de vie (alimentation, sédentarité) déjà marquées à cet âge».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte