HistoireMonde

L'Iran rend hommage aux «martyrs juifs»

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 19.12.2014 à 10 h 16

Repéré sur Haaretz

Photos prises par l'agence de presse officielle iranienne Irna le 16 décembre 2014

Photos prises par l'agence de presse officielle iranienne Irna le 16 décembre 2014

Pendant la guerre Iran-Irak de 1980 à 1988, des soldats juifs iraniens se sont battus aux côtés de leur compatriotes musulmans. Cette semaine, le gouvernement de Téhéran a dévoilé un monument pour honorer la mémoire de ces soldats juifs morts pour la patrie, rapporte Haaretz

Le monument «aux martyrs juifs», tel qu'il est décrit par l'agence de presse officielle iranienne, est une plaque en pierre avec des inscriptions en persan et les mots «paix éternelle» en hébreu. Des officiels religieux chiites et des représentants de la communauté juive étaient présents à la cérémonie, et ont prié ensemble.

Après Israël, l'Iran est le pays avec la plus grande communauté juive du Moyen-Orient, et bien que de nombreux juifs iraniens aient fui après la Révolution islamique de 1979, il reste environ 20.000 juifs dans le pays.

Lors de l'inauguration, le vice-président du parlement a fait un discours au cours duquel il a rendu hommage «au soutien de la communaute juive pour l'établissement de la République islamique, ainsi qu'à leur obéissance au Guide suprême de la révolution, un lien qui trouve son origine dans l'enseignement des religions divines».

Mais après avoir ainsi remercié ses concitoyens juifs, Mohammad Hassan Aboutorabi-Fard s'est empressé de préciser que la communauté juive iranienne était anti-américaine et anti-israélienne.

Il a notamment loué les «prises de positions claires prises par les parlementaires juifs pour condamner les demandes excessives des Américains [en ce qui concerne les négociations sur le nucléaire], ainsi que les atrocités israéliennes et le comportement violent et inhumain [du Premier ministre israélien] Benjamin Netanyahou», rapporte le Times of Israel.

Alors que l'ancien président Mahmoud Ahmadinejad était connu pour ses déclarations négationnistes (il a notamment qualifié la Shoah de «mythe»), Hassan Rohani, élu en 2013, a amélioré les relations du gouvernement avec la communauté juive.

Le nouveau gouvernement a notamment fait un don de 400.000 dollars au seul hôpital juif de Téhéran, et a autorisé les écoles juives à fermer le samedi pour célébrer Shabbat, rapporte un article de The Associated Press. Il a aussi invité le seul député juif du parlement iranien à venir à l'Assemblée générale des Nations unies en 2013.

«Le gouvernement prend en compte nos plaintes et nos demandes. Le fait que nous soyions consultés est une avancée importante», avait affirmé le directeur de l'Association juive de Téhéran.

Malgré ces progrès, Téhéran a accueilli cette année (en octobre) la deuxième conférence «New Horizon», un colloque négationniste et antisioniste où étaient abordés des thèmes comme «les similarités entre le nazisme et le sionisme, l'Amérique et les crimes sionistes dans le monde, Hollywood et le lobby sioniste». La conférence avait attiré des gens venus du monde entier, dont Dieudonné. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte