EconomieMonde

Le libéralisme revient en force en Amérique latine

Anne Denis, mis à jour le 05.01.2015 à 14 h 11

L’Alliance du Pacifique symbolise-t-elle la montée en puissance de la droite libérale et libre-échangiste dans la région, ou une simple réponse aux déçus des gauches, chaviste ou luliste?

Le président de Colombie Juan Manuel Santos, la présidente du Chili Michelle Bachelet, le président du Pérou Ollanta Humala et le président du Mexique Enrique Pena Nieto le 10 décembre 2014. REUTERS/Enrique Castro-Mendivil

Le président de Colombie Juan Manuel Santos, la présidente du Chili Michelle Bachelet, le président du Pérou Ollanta Humala et le président du Mexique Enrique Pena Nieto le 10 décembre 2014. REUTERS/Enrique Castro-Mendivil

En Amérique latine, les partisans du libre-échange ont désormais leur cénacle: l’Alliance du Pacifique (AP). Dernière née des multiples instances d’intégration régionale que le sous-continent n’a cessé de générer depuis les années 1960, cette alliance, qui regroupe quatre pays dotés d’une façade maritime sur le Pacifique –Mexique, Colombie, Pérou et Chili– est née à l’initiative de Lima en 2011, et a été officiellement créée en 2012.

Contrairement à la plupart des blocs existants, plus ou moins politiques et plus ou moins efficaces (le Mercosur, l’Alba, la CAN, l’Unasur et récemment la Celac…), les objectifs de départ de ces pays, surnommés «Pacific pumas», reposent avant tout sur la promotion du libre-échange avec, à la clé, la libre circulation des biens, des capitaux et des personnes entre les quatre membres (déjà liés entre eux par des accords de libre échange) et le rapprochement économique avec la zone Asie Pacifique.

 Agrégeant 210 millions de consommateurs et 35% du PIB de l’Amérique latine, affichant une croissance moyenne de 5% en 2012, cette Alliance suscite depuis sa création un très grand intérêt dans la région et ailleurs. Le Costa Rica et le Panama pourraient bientôt y adhérer et elle compte déjà par ailleurs une trentaine de pays observateurs: quelques voisins latino-américains (dont le très peu libéral Equateur), mais aussi le Japon, le Canada, la Chine, la France ou le Maroc. «L'Alliance est un espace ouvert, dans lequel nous cherchons l'intégration, mais ce n'est pas un espace idéologique et c'est peut-être pour cela que nous avancerons: nous sommes pragmatiques, nous résoudrons les problèmes», a rappelé en juin 2014 le président péruvien Ollanta Humala.

Flexible et centrée sur le commerce, l’Alliance du Pacifique se défend de toute approche politique. Mais on ne peut s’empêcher d’y voir un regain des thèses libérales en Amérique latine après le virage à gauche du sous-continent au début des années 2000, initié par l’arrivée au pouvoir de Hugo Chávez en 1998 au Venezuela, suivie de l’élection d’Evo Morales en Bolivie, de Rafael Correa en Equateur, mais aussi de celle en 2003, du président brésilien Lula, porté certes par une gauche plus «pragmatique».

Aujourd’hui, Chávez est mort et sa révolution bolivarienne bat de l’aile dans un Venezuela écrasé par la crise, les pénuries, la surinflation et, désormais, l’effondrement des cours du baril.  Son Alliance bolivarienne (Alba) ultra politique regroupant la gauche radicale[1] semble moribonde. Chacun à leur façon, la Bolivie et l’Equateur ont pris leurs distances avec ce «socialisme du XXIe siècle».

35%

du PIB de l'Amérique latine, 210 millions de consommateurs

D’autre part, le Brésil triomphant de Lula a cédé la place à celui de Dilma Rousseff, à l’économie stagnante et qui a failli basculer à droite (ou, disons, au centre droit) lors de l’élection présidentielle d’octobre, lorsque Dilma n’a battu Aecio Neves que de justesse. Quant au Mercosur, union douanière regroupant Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay et Venezuela, il est quasi paralysé par les politiques protectionnistes de ses deux principaux membres.

Enfin, la reprise historique des relations entre Cuba et Washington, annoncée le 17 décembre par Barack Obama, tourne une page majeure de l’histoire de la gauche latino-américaine. 

Orphelins des Etats-Unis

La montée en puissance de l’Alliance du Pacifique marque-t-elle donc une volonté des droites latino-américaines de reprendre la main dans la région? Après tout, la Colombie est ancrée à droite depuis longtemps; le président mexicain Enrique Peña Nieto a fait voter depuis un an les réformes les plus libérales (pétrolière et fiscale) que le Mexique ait connues depuis longtemps; la société chilienne reste marquée par des décennies d’ultralibéralisme malgré le récent retour au pouvoir de la socialiste Michelle Bachelet. Et le président péruvien Ollanta Humala, soupçonné de chavisme lors de son élection en 2011, s’est très vite révélé un zélateur de l’économie de marché. 

Pour Mathieu Arès, professeur d’économie politique à l’Université de Sherbrooke (Québec) et co-directeur de l’Observatoire des Amériques, l’Alliance du Pacifique représente «la droite nostalgique du projet  ZLEA, qui a avorté en 2005 au Sommet des Amériques de Mar del Plata». Ce projet de «zone de libre-échange des Amériques», en germe depuis 1994 et censé regrouper 34 pays, dont les Etats-Unis, le Canada et la quasi totalité de l’Amérique latine (hors Cuba), a fini par capoter face aux divergences.

«Le Mexique, le Chili, la Colombie et le Pérou étaient ceux qui voulaient le plus ce rapprochement, ajoute Mathieu Arès. Ils se sont sentis orphelins des Etats-Unis.»

Un sentiment alors très peu partagé dans le reste de la zone, où la volonté de s’affranchir de l'«impérialisme américain» dominait au contraire.

Quant à l’Amérique d’Obama, elle s’est vite tournée vers l’Asie, via notamment l’Apec (Coopération économique pour l’Asie-Pacifique) ou l’accord de partenariat transpacifique (TPP)[2].

«Ces pays latinos se sont sentis délaissés, dégradés, ils ont eu conscience que la partie se jouait ailleurs, poursuit Mathieu Arès. C’est pourquoi l’Alliance du Pacifique s’est créée au départ comme un forum entre pays libre-échangistes à forte croissance, autour d’une question: que fait-on avec la Chine?»

Une question centrale alors que, souligne-t-il, la Chine a pris en quelques années des positions clés dans toute la région (les échanges Chine-Brésil ou Chine-Argentine sont d’ores et déjà pus importants que ceux entre l’Argentine et le Brésil). 

Le facteur chinois

Pour le Chili, le Pérou et la Colombie, la Chine est avant tout le principal débouché de leurs matières premières. Le cas du Mexique est différent, puisque cette puissance industrielle émergente de 120 millions d’habitants voit plutôt la Chine comme un concurrent direct. Mais Mexico, dépendant des Etats-Unis depuis 20 ans via l’accord de libre échange de l’Alena, cherche un rééquilibrage vers l’Amérique latine, dont il fait culturellement partie. «Son adhésion à l’Alliance du Pacifique peut aussi être comprise comme sa volonté de prendre le leadership d’une droite latino pour contrebalancer un hégémonisme brésilien, écrasant pour tout le reste de la zone», estime le professeur canadien.

Pour Olivier Dabène, professeur à Sciences Po, l’AP apparaît comme «une sorte d’anti-Mercosur», alors que «le Brésil et surtout l’Argentine rivalisent de mesures protectionnistes et se montrent réticents à négocier de nouveaux accords de libre-échange»[3].

Mathieu Arès qualifie cette nouvelle droite latino-américaine de «post-ultralibérale», très volontariste en matière d’ouverture commerciale, mais plutôt centriste politiquement:

«Les droites nationalistes et autoritaires issues des dictatures n’ont plus guère d’influence dans la région, la droite actuelle n’est, essentiellement, que commerçante.»

 Pour lui, l’AP est «une initiative porteuse et de long terme». Certes, sa volonté de réduire à zéro les droits de douane de 90% des produits échangés ne va pas bouleverser la donne puisqu'en vertu des accords mutuels de libre échange, ils étaient déjà résiduels. Mais le projet de l’Alliance, qui a installé de nombreux groupes de travail, va au-delà d’un marché commun. La capacité de parler de bloc à bloc avec l’Asean (Indonésie, Thaïlande, Vietnam et Singapour) ou l’Union européenne, est précieuse. Outre la suppression des visas à l’intérieur de l’Alliance, la création de consulats communs ou des projets communs d’infrastructures et d’énergie, «l’intégration en cours des Bourses nationales au sein du MILA est un acte très important», explique-t-il. Le regroupement des places de Santiago, Bogota et Lima est acté, et celle de Mexico doit les rejoindre bientôt, pour faire du MILA le principal marché boursier d’Amérique latine. «L’épargne des retraites des classes moyennes émergentes y sera plus sécurisé que sur les Bourses nationales, trop petites et trop spécialisées», ajoute Mathieu Arès.

Bien que très attentif, lui aussi, à cette initiative, Charles-Henry Chenut, avocat et président de la Commission Amérique latine des conseillers du commerce extérieur, est aujourd’hui plus circonspect.

«Au-delà du PIB cumulé, quelle est vraiment la réalité économique et politique de cette alliance?»

Il constate une «promotion un peu hystérique de l’individualité de chaque membre à travers cette alliance», et se demande si le mariage du petit Pérou et du géant mexicain n’a pas  quelque chose de celui de la carpe et du lapin. S’il salue «l’absence de vision dogmatique» et reconnaît les méfaits d’une politisation excessive sur des blocs comme le Mercosur ou l’Alba, il se demande si le manque total «de vision et d’incarnation politique» ne risque pas de peser sur la pérennité de l’AP.

Ouverture vers le Mercosur?

Cela dit, certains membres de l’AP ne sont nullement dénués de vision politique à long terme, à commencer par le Chili de Michelle Bachelet, dont le retour au pouvoir marque aussi celui du centre gauche. Depuis juin, elle a exhorté ses partenaires à s’ouvrir au Mercosur, dans un rapprochement paradoxal d’un bloc libéral vers un autre nettement protectionniste.

Contre toute attente et malgré les réticences de départ, les discussions entre ces deux entités a priori rivales se sont ouvertes à l’automne, via des réunions ministérielles où les possibilités d’une «convergence graduelle et pragmatique», selon les termes du ministre des Affaires étrangères chilien, ont été évoquées, qu’il s’agisse de la circulation des personnes ou de projets communs en infrastructures. Mais le sujet des barrières douanières reste, pour le moment, totalement tabou.

Bien des experts doutent de la faisabilité d’un tel rapprochement, mais d’autres y voient une occasion historique de faire enfin progresser l’intégration régionale.

Il faut dire que la force de frappe du potentiel nouvel ensemble (comptant les sept premières économies latino-américaines) serait, sur le papier, impressionnante: 90% du PIB de la région, 80% de sa population, 80% de son commerce extérieur... La volonté commune de tous ces pays de se tourner vers l’Asie, et l’inquiétude que génère chez certains la baisse des cours des matières premières, constituent de puissants incitatifs.

Pourtant, n’en déplaise aux plus libéraux de l’AP, cette convergence, si elle se concrétise, sera forcément politique. Autrement dit, ce n’est pas gagné.

1 — Membres de l’ALBA : Venezuela , Cuba, Bolivie, Equateur, Nicaragua, Dominique, St Vincent et Grenadines, Antigua et Barbuda Retourner à l'article

2 — Plusieurs membres  de l’AP sont  associés à ces deux blocs Retourner à l'article

3 — «Les enjeux du développement en Amérique latine». AFD 2014 Retourner à l'article

Anne Denis
Anne Denis (76 articles)
Journaliste, éditrice du site Latina-eco.com
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte