Monde / Culture

Corée du Nord: après le film de Seth Rogen, c'est le prochain Steve Carell qui ne se fera pas

Temps de lecture : 2 min

«Triste journée pour l'expression artistique», a tweeté mercredi l'acteur Steve Carell. La production du film Pyongyang, dont il tenait le rôle titre, a été annulée juste quelques heures après la décision de Sony Pictures de ne pas sortir L'Interview qui tue en salles après les menaces de hackers que certains disent aux ordres de la Corée du Nord.

Le film Pyongyang, un «thriller paranoïaque» sur un occidental accusé d'espionnage en Corée du Nord, devait être réalisé par Gore Verbinski et était tiré du roman graphique du Québécois Guy Delisle. Le début du tournage était prévu pour mars 2015, mais les studios New Regency ont préféré tout arrêter, rapporte The Hollywood Reporter, par peur de s'exposer au genre de menaces et attaques subies par Sony Pictures.

Le piratage et la diffusion d'emails privés et de films non encore sortis pourrait coûter des centaines de millions de dollars à Sony, et les autres studios veulent à tout prix éviter ce genre de catastrophe financière.

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters