Culture / Monde

Sony devrait se dépêcher de mettre «The Interview» en ligne

Temps de lecture : 2 min

Pour que tout le monde puisse le voir et que les menaces cessent

«L’Interview qui tue!», James Franco, Seth Rogen © Columbia
«L’Interview qui tue!», James Franco, Seth Rogen © Columbia

C'est officiel, Sony a renoncé à la sortie en salles de son film The Interview. Annonçant dans un communiqué:

«Au regard de la décision prise par une majorité de cinémas de ne pas présenter le film L'interview qui tue [titre français], nous avons décidé de ne pas le sortir en salles»

[...]

Au point où on en est, Sony doit absolument faire le moins pire de tous les choix qui s'offrent à elle, et simplement diffuser The Interview en ligne—le plus vite possible.

Cette option a commencé à être évoquée il y a plus d'une semaine, mais elle a repris du poids à la suite des dernières menaces; le scénariste Arash Amel et le journaliste de BuzzFeed, Matthew Zeitlin l'ont tous les deux suggéré sur Twitter la nuit dernière. Mercredi matin, le site The Verge a aussi fait un plaidoyer en faveur de cette option.

Et ils ont raison: en rendant The Interview disponible en VOD, Sony permettra au public de voir le film (ou pas) sans craindre la moindre représaille qui aurait pu survenir dans une salle de cinéma. Et elle démontrera clairement aux reponsables des piratages et des menaces qu'ils ne peuvent pas imposer de censure sur ce film. Il s'agit peut-être d'une comédie potache, mais il s'agit toujours d'une forme d'expression, et Sony devrait défendre son droit à exister.

Je vous l'accorde, nous ne connaissons pas tous les détails derrière les menaces qui pèsent sur Sony. Le New York Times a expliqué que parmi ces menaces, certaines incluaient des menaces directes contre les familles d'employés de Sony.

Et Il est possible que Sony soit déjà en train de se dépêcher de rendre le film disponible en VOD, en espérant le sortir «sur autant d'écrans que possible». Il faut noter, également, que se ruer sur la VOD pourrait obliger Sony à réécrire les contrats et ne serait pas «une manoeuvre évidente», comme l'explique the Examiner.

Quels que soient les détails légaux et techniques, The Interview se retrouve désormais impliqué dans un combat pour la liberté d'expression—même pour ceux qui n'avaient aucune intention d'aller voir le film en salles. Et si Sony fait payer –un petit peu– le droit de visionner le film en ligne, permettant aux spectateurs de se positionner idéologiquement avec leur porte-monnaie (tout en profitant du confort de leur salon), Sony pourrait même sortir gagnant à la fin. Quoi qu'il en soit, rendre le film visible pour tout le monde est la seule chose à faire.

Newsletters

«City Hall», ce que signifie le mot «démocratie» en Amérique

«City Hall», ce que signifie le mot «démocratie» en Amérique

Frederick Wiseman compose avec cette plongée dans les actions de la mairie de Boston, une exceptionnelle mise en lumière des mécanismes de la politique.

Faut-il absolument montrer des caricatures de Charlie Hebdo pour expliquer aux collégiens la notion de blasphème?

Faut-il absolument montrer des caricatures de Charlie Hebdo pour expliquer aux collégiens la notion de blasphème?

[BLOG You Will Never Hate Alone] L'école doit demeurer un lieu de rassemblement où chacun se sent comme chez lui.

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

Newsletters