Culture

Le clip de «Birth in Reverse» de St. Vincent rend justice à l’une des meilleures chansons de l’année

Temps de lecture : 2 min

Si vous êtes passé à côté de St. Vincent –aussi connu sous le nom d’Annie Clark, une ancienne membre de Polyphonic Spree– vous êtes passé à côté de quelque chose de très, très bon musicalement. Pour vous rattraper, vous pourriez écouter son quatrième album, St. Vincent, sorti cette année, sur lequel on retrouve 11 morceaux de pop-rocks, perchés quelque part entre Bowie et les Bangles. De l’avis de tous, c’est l’un des meilleurs albums de l’année, et Birth in Reverse, l'un de ses meilleurs morceaux a désormais un clip qui est tout aussi impressionnant.

Le clip est simple mais surréaliste. St. Vincent est tout le temps là, dans les pièces enfumées ou dans l’espace. Cela vaut le coup de noter qu’avec ce nouvel album et ce nouveau clip, Annie Clark continue de se créer une nouvelle image, un regard épuré et un air de détachement assez froid et excentrique.

Ce sarcasme esthétique va bien avec sa musique étrange et décalée et son personnage de scène, qui combine une fantaisie sans-vie avec des solos de guitare qu’elle laisse échapper et une chorégraphie ultra-stylisée et quasi-robotique.

Annie

Newsletters

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Très (trop?) attendu, le film de David Cronenberg mobilise nombre des ressources qui font la réputation de cet auteur sans trouver la forme qui leur donnerait leur pleine puissance.

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

Présentés au Festival de Cannes, «Revoir Paris» et «Novembre» abordent les attentats de novembre 2015. Mais à force de marcher sur des œufs, les deux récits nous laissent sur notre faim.

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio