Culture

Un premier morceau du nouvel album de The Apartments, joyaux du rock australien

Temps de lecture : 2 min

Détail de la pochette de «No Song, No Spell, No Madrigal». Photo: Vivienne Gucwa. Artwork: Pascal Blua.
Détail de la pochette de «No Song, No Spell, No Madrigal». Photo: Vivienne Gucwa. Artwork: Pascal Blua.

En 2015, on célèbrera les trente ans du premier album des Australiens de The Apartments, le sublime The Evening Visits… And Stays For Years, sorti en 1985 chez Rough Trade. La bonne nouvelle, c’est qu’on le fêtera avec une nouveauté, puisque le groupe de Peter Milton Walsh a annoncé la sortie en début d'année de ce qui sera seulement son cinquième album studio en trois décennies, No Song, No Spell, No Madrigal.

Un premier morceau, Twenty-One, a été dévoilé le 15 décembre dans l’émission de France Musiques Label pop (à 7'40'').


Rien n’a changé, et tant mieux: du folk-rock de terre brûlée ou de tempête de sable, «stuck in the same quicksand than in 1999», chante Walsh de sa voix toujours aussi émouvante, qu’on avait eu l’occasion d’entendre ces dernières années en concert en France par l’entremise de plusieurs fans acharnés, dont le journaliste de Télérama Emmanuel Tellier. On trouvera également sur l'album le titre Black Ribbons, dont deux versions sont déjà disponibles en ligne.


Joyaux, avec les Go-Betweens et les Triffids, de la scène indépendante formée à Brisbane dans les années 1980, les Apartments n’avaient pas sorti d’album studio depuis le légèrement décevant Apart de 1997, qui faisait lui suite à deux chefs-d’œuvre, Drift (1992) et A Life Full of Farewells (1995). No Song, No Spell, No Madrigal est d’ores et déjà disponible à la vente sur le site du label indépendant Microcultures, sous la forme d’un projet de crowdfunding qui viendra financer la fabrication et la commercialisation du disque. L’excellent label Captured Tracks doit lui rééditer The Evening Visits…, accompagné du premier EP du groupe, Return of the Hypnotist.

Newsletters

Le meurtre de Jam Master Jay pourrait bien en cacher un autre

Le meurtre de Jam Master Jay pourrait bien en cacher un autre

En 2002, l'assassinat du DJ du groupe de hip-hop Run-DMC fut le point de départ d'une sinueuse affaire. Celle-ci semble aujourd'hui toucher à sa fin, et son issue pourrait coïncider avec l'élucidation d'un autre mystère plus ancien encore.

La faim, autant un moteur qu'une arme

La faim, autant un moteur qu'une arme

Crever la dalle, mourir d'inanition, avoir l'estomac dans les talons, claquer du bec: la sensation de faim, universelle et à la source de tant de passions humaines, est en passe de devenir une arme géopolitique entre les mains de la Russie.

Pourquoi «1984» d'Orwell cartonne dans les librairies russes

Pourquoi «1984» d'Orwell cartonne dans les librairies russes

Depuis le début de la guerre contre l'Ukraine, le roman est devenu en Russie un phénomène littéraire et un enjeu politique.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio