Tech & internet

On a retrouvé Yo, l'appli qui permet uniquement d'envoyer «Yo» à ses contacts...

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 16.12.2014 à 12 h 48

Repéré sur Business Insider

... Mais on n'a toujours pas bien compris.

Yo

Yo

Que devient Yo, l’application décrite au milieu de l’année 2014 comme la figure type de la start-up inutile qui a malgré tout (ou peut-être pour cette raison) bénéficié d'une impressionnante campagne de presse... et réussi à lever des fonds pour se développer?

Yo, qui ne permet d’envoyer que le message «Yo» à ses contacts, existe toujours, confirme Business Insider qui a interviewé son cofondateur et président, Or Arbel, un jeune israélien qui a quitté sa précédente start-up pour se consacrer au développement de l’appli. Il a aussi déménagé d’Israël pour s’installer à San Francisco, où Yo fonctionne à présent avec dix salariés et continue d’embaucher.

Après le premier succès médiatique dû à l’apparente stupidité de l’app, Yo a connu une nouvelle vague d’abonnements quand des hackers ont publiquement fait la preuve de son manque de sécurité. Yo a alors engrangé un million de téléchargements en seulement quatre jours.

Des utilisateurs qui repartent aussi vite qu’ils sont arrivés, faute de trouver une utilisation pratique au service. «Nous voulons évidemment faire revenir tous ceux qui pensaient que Yo était une app stupide, nous allons faire beaucoup de marketing pour leur faire savoir que Yo n’est plus cela», assure son président.

Du côté des bonnes nouvelles, de grandes organisations ont ouvert un compte, comme la NBA, le club de foot de Chelsea ou le groupe General Electric. Comme nous l’expliquions lors de la mise en service de Yo, le principe n’est pas si ridicule qu’il n’y paraît. S’inspirant de la pratique de l’appel manqué intentionnel, très populaire dans de nombreux pays en développement, Yo permet d’envoyer une confirmation sans le coût d’un texto ou du chargement de données d’un email, pour autant que les deux personnes s’accordent sur le code: la signification du «Yo». Au Bangladesh, ce type de notifications par appel manqué intentionnel représenterait 70% du trafic mobile.

A présent, l’équipe de Yo attend apparemment de voir comment ses prestigieux comptes inscrits vont utiliser le service, dans l’espoir de rendre cette utilisation payante… Rendez-vous l’année prochaine pour le prochain épisode de Yo, l’appli dont tout le monde a entendu parler mais qui se cherche encore un avenir.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte