Partager cet article

Les problèmes du rouble expliqués en deux graphiques

Cours de bourse en septembre 2014 à Saint-Petersbourg. REUTERS/Alexander Demianchuk

Cours de bourse en septembre 2014 à Saint-Petersbourg. REUTERS/Alexander Demianchuk

Le faible cours du pétrole est en train de tuer la monnaie russe.

Touchée par les sanctions économiques et par le faible prix du pétrole, la monnaie russe continue de plonger. Le rouble a perdu 18% de sa valeur au cours du mois de novembre et, comme le montre ce graphique de Jeroen Blokland, si la tendance se poursuit, ce pourrait être la pire performance de l’année pour une monnaie –encore pire que la hryvnia ukrainienne. Oh, la douce ironie.


Les prix actuels sont le résultat de l’offre et de la demande. Et à peu près tout ce qui s’est passé au cours de l’année précédente a rendu le reste du monde bien moins enclin à acheter de la devise russe.

L’invasion de l’Ukraine a repoussé les investisseurs étrangers qui auraient pu faire des affaires avec le pays. D’une part à cause des sanctions imposées par les Etats-Unis et l’Europe, et d’autre part, parce qu’il n’est pas particulièrement attirant de s’installer dans une nation gérée par un gouvernement autoritaire et belligérant.

Mais au cours des derniers mois, la chute des prix du pétrole entraînée par une surapprovision mondiale en est devenue la cause principale. Voici un autre graphique très parlant de Blokland.

L’année dernière, un tiers des exportations russes venait du pétrole brut. Quand la valeur de vos exportations s’effondre, votre devise suit. Pire encore, le gouvernement russe, toujours dépendant des revenus du pétrole, a besoin d’un baril à 100 dollars (80 euros) pour équilibrer son budget.

Actuellement, le baril de Brent s’échange contre environ 62 dollars (un peu moins de 50 euros) et pourrait descendre encore un peu plus. Le pays fait face à un déficit et à des coupes potentielles dans ses dépenses qui pourraient faire encore plus de mal à son économie. Et si ces prix durent, cela devrait aggraver un peu plus la situation puisque la Russie, sans des prix de brut élevés n’est pas un pays où les étrangers veulent investir dans le long terme.

Globalement, une monnaie faible est une mauvaise nouvelle pour la Russie, parce que cela est synonyme d’importations plus chères et de plus d’inflation. Cependant, il y a un petit avantage à tout cela. Puisque le prix du pétrole est en dollars, une chute du rouble pourrait permettre de gagner un petit peu d’argent sur chaque baril grâce à la monnaie locale. Cela pourrait aider un peu le budget de la Russie, mais ce n’est sans doute pas suffisant pour corriger la chute des prix du pétrole.

Dans tous les cas, il semble que l’arme économique la plus puissante que les Etats-Unis ont contre la Russie soit les puits de pétrole du Nord Dakota et du Texas.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte