Tech & internet / Culture

Piratage de Sony: la parodie

Temps de lecture : 2 min

L'affaire du piratage de Sony Pictures semble ne plus en finir. Ce 16 décembre, on apprend que les individus revendiquant le vol des milliers de gigaoctets de données (contenant des mails, des projets de films, des grilles de rémunération...), et qui se présentent sous le nom de «Guardians of Peace», proposent désormais aux salariés de la société de distribution de films et de séries de retirer les informations les concernant dans les prochains wagons de documents qu'ils comptent révéler.

Déjà sacrément ubuesque (pour rappel, les autorités américaines soupçonnent la Corée du Nord d'être derrière cette intrusion informatique, le régime étant mécontent qu'une comédie, The Interview, s'en prenne à lui), l'affaire s'empêtre donc de plus en plus, entraînant avec elle Sony Pictures, qui a récemment exigé de la presse qu'elle cesse toute diffusion des informations volées et divulguées.

Non sans ironie, l'histoire a donc tout d'un scénario de film (que Sony, qui sait? pourra peut-être adapter un jour). Un petit malin n'a pas manqué de le remarquer et a détourné la kitchissime bande annonce du film The Hackers en ce sens, avec tous les éléments du hack de Sony.

On y retrouve les bouilles de James Franco et Seth Rogen, le duo derrière le film The Interview qui aurait tout déclenché, le logo de Sony Pictures et même l'image de squelette par laquelle les cyber-assaillants auraient prévenu l'entreprise qu'elle était victime d'une intrusion. Y figure aussi Angelina Jolie, mais cela n'a rien à voir avec la parodie. L'actrice, dont une dirigeante de Sony se plaignait de «la démence et de l'ego dévastateur» dans des mails venant d'être divulgués, était à l'époque au casting du film. Sacrée coïncidence.

Newsletters

Bienvenue sur Hundub, le Facebook hongrois complotiste

Bienvenue sur Hundub, le Facebook hongrois complotiste

Conçue comme une alternative au géant américain, cette nouvelle plateforme aux 40.000 utilisateurs, dont le Premier ministre Viktor Orbán, prône une liberté d'expression quasi illimitée.

Les plateformes de streaming vous disent-elles quoi écouter?

Les plateformes de streaming vous disent-elles quoi écouter?

Leurs équipes éditoriales, leurs capacités d'adaptation et leur positionnement sur le marché guident non seulement leurs stratégies, mais également nos pratiques d'écoutes.

Bannir Trump pour réduire les discours de haine sur les réseaux sociaux

Bannir Trump pour réduire les discours de haine sur les réseaux sociaux

Twitter a lâché Trump, et le débat public ne s'en portera que mieux.

Newsletters