CultureTech & internet

Quel cadeau offrir à quelqu’un qui a déjà accès à tout sur Internet?

Will Oremus, traduit par Florence Delahoche, mis à jour le 20.12.2014 à 17 h 28

Le streaming a tué les cadeaux faciles et agréables à offrir et à recevoir. Voici quelques pistes pour remédier à ce problème.

A la Fnac de Nice, en 2009. REUTERS/Eric Gaillard

A la Fnac de Nice, en 2009. REUTERS/Eric Gaillard

Il est rarement facile de trouver le bon cadeau. Il faut qu’il soit personnalisé, mais pas trop, abordable sans être cheap, utile mais pas utilitaire… Dans l’idéal, c’est un objet assez gros pour être emballé, mais pas trop, pour ne pas être encombrant. Et, par-dessus tout, si vous êtes comme moi, il doit être facilement disponible dans le grand magasin le plus proche, où vous allez vous précipiter au dernier moment pour faire les courses que vous auriez dû faire des semaines auparavant, quand les rayons des magasins étaient encore pleins et qu’il était encore possible de se faire livrer à temps par Amazon.

Vive les livres, les DVD et les CD

Cet ensemble de paramètres a donné naissance à une tradition annuelle officieuse dans ma famille proche, dont les membres souffrent unanimement d’une incapacité congénitale à commencer les courses de Noël plus de trois jours avant le début des vacances.

Tous les ans, le 23 décembre, lorsqu’arrive le milieu d’après-midi, nous finissons tous par quitter les différents centres commerciaux, boutiques de chocolats ou magasins d’alcool où nous nous trouvions pour converger vers une seule et même destination: la librairie. Invariablement pour nous, c’est la librairie Joseph-Beth Booksellers à Lexington, dans le Kentucky, grand spécialiste de la Sainte Trinité des objets à acheter lorsque l’heure fatidique approche et que la liste de cadeaux à faire reste encore longue: livres, CD et DVD.

Les grandes surfaces culturelles sont les royaumes du cadeau facile. Je n’ai jamais encore trouvé d’ami ou de parent, proche ou éloigné, dont les goûts étaient tellement ésotériques que je ne pouvais les satisfaire par un achat au Barnes & Noble le plus proche. Un double CD de country pour ma tante, un livre sur l’histoire de la langue pour mon beau-frère, un DVD des Monty Python pour mon petit neveu et un livre de recettes du Sud pour ma grand-mère. Un coup d’œil rapide dans la file d’attente pour être certain de ne pas les croiser, passage en caisse et me voilà sur le chemin du retour avec l’air triomphateur de celui qui sait qu’il va faire des heureux.

Ces dernières années, cependant, une conjonction inquiétante de grandes tendances technologiques a commencé à mettre en péril ce rituel pittoresque. Tout a commencé il y a à peu près dix ans, lorsque les MP3 et les livres électroniques ont commencé à apparaître comme des alternatives bon marché et faciles d’accès (mais définitivement impossibles à emballer) à leurs incarnations physiques respectives.

Heureusement, les coups portés aux différents supports par la numérisation n’ont pas été fatals aux cadeaux faciles. A 9,99 euros, l’album acheté sur iTunes est peut-être un peu moins cher que la version CD, mais on n’hésite pas à sacrifier quelques euros de plus pour offrir un beau disque avec jaquette, etc. Néanmoins, il faut admettre que cela a commencé à devenir plus difficile lorsqu’un célèbre fabricant de gadgets informatiques a décidé de ne plus équiper ses ordinateurs de lecteurs de disques.

Pourquoi offrir un disque à quelqu'un qui paie pour avoir accès à plus qu'il ne pourra jamais écouter?

Toutefois, pour tous ceux qui ne savent jamais quoi offrir, ce sont les dernières évolutions du monde technologique qui sont les plus inquiétantes. Tel le Grinch venant gâcher le Noël des citoyens de Whoville, le streaming menace de ruiner l’ère des cadeaux faciles.

C’est une chose de dépenser 15 euros pour offrir le dernier livre en vogue à quelqu’un qui possède un Kindle. C’en est une autre de l’acheter à quelqu’un qui possède également un abonnement Kindle Unlimited (et a donc déjà payé pour avoir accès quand il le désire au texte que vous lui offrez).

Certes, les abonnements comme Kindle Unlimited n’offrent qu’un choix limité de titres à un moment donné, comme le fait Netflix pour les films. En théorie, il suffit de s’assurer que le produit que vous achetez n’est pas disponible sur ces services. Mais, même dans ce cas, il est difficile de ne pas avoir l’impression de gâcher son argent pour acheter un livre ou un film à quelqu’un qui a déjà dépensé lui-même son propre argent pour s’assurer qu’il aura accès à plus de livres et de films qu’il ne pourrait en lire/voir durant toute sa vie.

C’est encore pire avec la musique. Les services de streaming comme Spotify affichent un catalogue tellement énorme qu’il devient vraiment héroïque de trouver un album qu’ils n’ont pas. Comme ça, au débotté, je dirais les Beatles et… euh… Taylor Swift. Je ne doute pas qu’il y en a plein d’autres, mais ce sont toutefois plus des exceptions qu’autre chose. Il n’est pas étonnant que les ventes d’albums aux Etats-Unis aient plongé de 65% depuis 2000. Aujourd’hui, même les ventes d’albums numériques sur iTunes sont en chute libre. Acheter un disque à un abonné Spotify, c’est s’exposer dangereusement au risque de voir le sourire grimaçant de celui qui a du mal à cacher le fait qu’il possède déjà le cadeau que vous venez de lui offrir.

Les livres, les disques et les films étaient autrefois la réponse la plus simple à la question:

«Que peut-on offrir à quelqu’un qui a déjà tout?»

Désormais, la question est:

«Que peut-on offrir à quelqu’un qui a déjà accès à tout sur Internet?»

Un sondage rapide mené de manière bien peu scientifique auprès de mes collègues et des personnes qui me suivent sur Twitter a confirmé ce que je soupçonnais déjà: mieux vaut laisser tomber les CD et les DVD. Aujourd’hui, la plupart seraient plus embêtés qu’autre chose s’ils se retrouvaient à en déballer un. Les possesseurs de lecteurs Blu-ray apprécient encore de recevoir des disques Blu-ray, mais ils ne constituent pas une majorité.

Cela ne veut pas dire pour autant que nous sommes condamnés à ne plus trouver de cadeaux au pied du sapin.

Les livres sont épargnés

La bonne nouvelle est que les livres, au moins, semblent ne pas avoir perdu leur attrait. Comparés à Netflix et Spotify, les services d’e-books illimités n’ont conquis qu’un public de niche. Et ce qui est pratique, c’est que cette niche se compose principalement du type d’accros de la lecture à qui l’on n’offrait, de toute façon, jamais de livre parce qu’ils risquaient de les avoir déjà. «Il est difficile de partager un e-book avec des amis», a remarqué l’une des personnes que j’ai interrogées. «Les livres gardent un charme spécial, quelque chose de tactile…», a ajouté une autre.

C’est, je pense, la clé du succès lorsqu’il s’agit de savoir ce qui marche, en termes de cadeau, à l’époque du streaming. Les CD et les DVD sont voués à l’obsolescence, mais peu les regretteront, car il s’agissait déjà de versions numérisées de supports plus anciens. Les livres ont ceci de spécial qu’ils sont véritablement analogiques. On aime les toucher, les sentir et ça fait joli sur une étagère.

L’équivalent musical du livre, en ce sens, n’est pas le CD mais le disque vinyle. Certes, un vinyle ne présente pas beaucoup d’intérêt pour quelqu’un qui ne possède pas de platine. Mais pour ceux qui en ont une, un 33-tours constitue un bien meilleur cadeau de dernière minute que n’importe quel CD (et il ne perd pas de sa valeur avec le temps… au contraire!). C’est un objet de collection, agréable à regarder, qui dégage un certain parfum de nostalgie, qui semble moins prétentieux et plus essentiel à mesure que nos vies s’ancrent plus profondément dans les technologies. Et, à l’instar d’un livre, il permet à celui qui fait le cadeau de partager ses goûts et ses valeurs tout en prenant en compte ceux de la personne à qui on l’offre, ce qui est l’essence même des bons cadeaux.

La vente des vinyles, cela dit en passant, a fait un bon incroyable de 500% ces sept dernières années, même si le chiffre de départ n’était pas très important. C’est le seul format de disques dont les ventes sont encore en progression.

Je ne crois pas qu’il existe un support analogique comparable pour ce qui est des films. Pour ce que cela vaut, néanmoins, les services de vidéos en streaming sont un peu différents de Spotify en cela qu’ils incluent rarement les dernières nouveautés, les grosses productions ou les grands classiques que les cinéphiles apprécient. Même si l’on peut parfois y trouver certains de nos films préférés, ils finissent généralement par disparaître du catalogue. En outre, il est rarement facile de télécharger un film pour le regarder hors ligne.

Un nouveau cadeau facile, tant qu'il est encore temps...

Le bon côté est qu’acheter à quelqu’un un film numérisé qu’il peut stocker sur son ordinateur ou sa tablette pour le regarder quand il le souhaite constitue un cadeau étonnamment appréciable. Certes, il n’y a pas de beau paquet à offrir, mais cela remplit un autre critère important des bons cadeaux: le plus souvent, il s’agit de quelque chose que les gens apprécieraient d’avoir, mais qu’ils ne s’offriraient jamais à eux-mêmes.

Cela nous amène à une dernière solution de cadeau facile, cette fois-ci engendrée par l’ère du streaming elle-même: un abonnement… à un service de streaming! En dépit de tout le foin qui est fait autour de Netflix et consorts, il y a de grandes chances que plusieurs membres de votre famille ne possèdent encore aucun abonnement de ce type. Vite: offrez-leur un abonnement à Netflix, Spotify ou autre avant que quelqu’un ne le fasse à votre place! Certes, un abonnement d’un an peut revenir cher, mais voyez plutôt: vous leur faites un cadeau d’une si grande valeur que plus personne n’osera jamais leur acheter de DVD.

Will Oremus
Will Oremus (151 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte