France

Quatre jours après sa publication, l’organigramme de l’UMP est déjà collector

Temps de lecture : 2 min

Le parti de Nicolas Sarkozy a dû se séparer d’une de ses secrétaires nationales, Fatima Allaoui.

L'organigramme de l'UMP depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à sa tête.
L'organigramme de l'UMP depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à sa tête.

Dans un communiqué publié lundi 15 décembre, la vice-présidente déléguée de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, a annoncé qu'il avait été mis fin aux fonctions de la secrétaire nationale à la formation profrsssionnelle, Fatima Allaoui. Le parti lui reproche d’avoir adhéré il y a un mois «à un parti d'extrême droite. Dans ces conditions, sa responsabilité de secrétaire nationale lui est retirée». Fatima Allaoui, également conseillère régionale UMP de Languedoc-Roussillon, est en effet membre depuis un mois du Siel (Souveraineté, indépendance et liberté), parti d’extrême-droite qui s'est allié dans le passé au FN.

Libération explique que Fatima Allaoui avait été «imposée à ce poste» par Nathalie Kosciusko-Morizet, et que son nom avait été validé par Nicolas Sarkozy. Un choix qui peut paraître étonnant car, comme le rappelle le journal, la désormais ex-secrétaire nationale avait quitté l'UMP, reprochant à son parti de faire preuve de «communautarisme» et de l'avoir investie à Béziers dans «un canton à forte population d’origine maghrébine.» Elle avait alors adhéré au Siel et tenté, sans succès, de rejoindre la campagne de Robert Ménard, candidat soutenu par le FN.

NKM, qui avait pourtant démenti être au courant de ses liens avec le FN, s’est donc sentie «trahie» et l’a fait savoir sur Twitter.

Celle-ci a donc occupé son poste pendant à peine quatre jours, rendant obsolète l’organigramme du parti publié vendredi dernier. Le voici mis à jour (pour l’instant) par nos soins.

Slate.fr

Newsletters

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Le jour où j'ai voté Chirac

Le jour où j'ai voté Chirac

Journalistes et contributeurs de Slate.fr se souviennent du 21 avril 2002 et du second tour pas tout à fait comme les autres de l'élection présidentielle.

Newsletters