France

Stop au French bashing (mais pas celui que vous croyez)

G. Le Hardy, mis à jour le 17.12.2014 à 12 h 46

Si l’image de la France à l’extérieur s’est dégradée, ce n’est pas parce que les méchants étrangers nous veulent du mal, c’est d’abord à cause des coups que nous nous portons à nous-mêmes. Une tribune d'un diplomate français.

REUTERS/Anthony Phelps

REUTERS/Anthony Phelps

Ce n’est pas aux étrangers que ce message s’adresse, c’est à nous tous Français. Si l’image de la France à l’extérieur s’est dégradée, ce n’est pas parce que les méchants étrangers nous veulent du mal, ce n’est pas parce que ces affreux ultra-libéraux anglo-saxons veulent la mort de notre modèle social, c’est d’abord à cause des coups que nous nous portons à nous-mêmes.

Ne soyons pas naïfs. Naturellement, il y a des gens qui ont une vision systématiquement négative de la France et de l’Europe. Il suffit de voir avec quelle constance Américains et Britanniques se sont trompés sur l’euro, en prédisant d’abord qu’il ne verrait jamais le jour puis, une fois né, qu’il serait victime de mortalité infantile, puis, comme il a malgré tout grandi, qu’il serait inéluctablement emporté par la crise financière de 2008.

Evidemment aussi, il y a ceux qui pensent que la France a basculé depuis longtemps, droite et gauche confondues, dans un système étatiste qui va à l’encontre des bienfaits de la loi du marché et qui est donc voué à l’échec. Bien sûr, enfin, il y a ceux qui adorent la France pour sa douceur de vivre, ses restaurants trois étoiles et son romantisme et veulent qu’elle soit une curiosité touristique, à mi-chemin entre le parc naturel et le musée national, où on vient pour se divertir et surtout pas pour faire des affaires.

Tout cela n’est pas nouveau et, à la limite, pas très grave dès lors que les faits démentent idées reçues et préjugés: deux prix Nobel la même année, dont un pour l’économie, ce n’est pas exactement le signe de la décadence; le lancement du programme d’Ariane 6, d’inspiration française, n’est pas vraiment synonyme de déclin; la décision d’intervenir au Mali ne traduit pas la démission de la France de ses responsabilités internationales.

Délectation pour le défaitisme cocardier

Le problème est ailleurs. Il est dans la délectation des Français eux-mêmes pour le défaitisme cocardier et leur incapacité à mettre en avant les atouts du pays. La responsabilité en incombe d’abord aux élites de tout poil: classe politique, intellectuels, médias, certains grands patrons, syndicats. Ils devraient être à l’avant-garde des réformes, du progrès, de l’imagination et d’un minimum de sens éthique. Bénéficiant à la fois d’influence, de visibilité et de confort financier, ils devraient être ceux qui tirent les Français vers le haut, expliquent pourquoi il faut réformer, ce que cela implique comme solidarité immédiate et comme bénéfices à terme.

Cela aurait dû être la première tâche du gouvernement. Il a été incapable de le faire. Mais cela aurait dû être aussi la tâche de tous ceux qui ont du pouvoir, sous quelque forme que ce soit et qui auraient pu être le moteur d’un nouveau dynamisme, de fierté, de confiance dans l’avenir et de la nécessité d’une plus grande cohésion nationale pour le bien du pays.

Il devrait y avoir débat sur l’essentiel: comment redonner de la liberté aux individus et aux entreprises, comment récompenser la prise de risque, le succès, l’esprit d’entreprise, l’innovation? Comment rétablir l’équilibre entre les fonctions régaliennes de l’Etat et l’initiative privée? Comment faire de la mondialisation une opportunité et non une menace? Comment s’ouvrir au monde, sous peine de déclin, tout en maîtrisant les flux migratoires? Comment concilier une Europe plus unie, condition de notre survie et une nation rassemblée, sans laquelle il ne peut y avoir la conscience d’un destin commun et donc de la nécessité d’un effort partagé?

On débat peu ou mal

De tout cela, on débat peu ou mal. Pire, au regard des profondes réformes que le pays doit accomplir, on ne met pas en avant les immenses atouts de la France: de grandes entreprises mondialisées qui sont autant de champions dans leur catégorie, quel que soit le domaine d’activité –pétrole, gaz, nucléaire, luxe, aérospatial, matériels de défense, BTP, environnement, agroalimentaire, grande distribution, produits pharmaceutiques, automobile, banques etc. (aucun autre pays en Europe, ni l’Allemagne, ni le Royaume-Uni, n’a un tel avantage); la productivité horaire des travailleurs; les perspectives démographiques; le coût peu élevé de l’électricité grâce à l’énergie nucléaire; la qualité des infrastructures, du système de santé et de l’enseignement, même si chacun de ces secteurs a besoin de réformes et d’adaptations.

Et pendant ce temps, le Royaume-Uni, avec un déficit budgétaire plus élevé que celui de la France et double de celui de la moyenne de la zone euro (malgré une réduction drastique des dépenses publiques), un déficit de sa balance commerciale très élevé malgré la dépréciation de la livre sterling (réponse à ceux qui croient que la baisse de l’euro règlera nos problèmes de compétitivité), avec un pouvoir d’achat stagnant résultant d’emplois très peu rémunérés, avec des déséquilibres sociaux et géographiques de taille et, last but not least, avec une partie du pays menaçant de faire sécession, et bien avec tout cela, le Royaume-Uni est donné en exemple et fait l’admiration à l’étranger. Pourquoi ? Parce que les Britanniques, en plus d’un don certain pour la communication, ont un sens de la cohésion nationale et acceptent de faire des efforts pour le bien du pays.

Et comment jugerait-on l’Allemagne si au lieu de mettre en avant leurs succès, les Allemands ne parlaient que de leur démographie inquiétante, de leur manque criant d’investissement, public et privé, du coût économique et écologique de l’abandon du nucléaire et du subventionnement des énergies renouvelables, du refus de prendre des risques sur le plan international, sans parler de la perspective d’être concurrencée à terme par les pays émergents qui veulent se donner les moyens de produire eux-mêmes les matériels (machines-outils, équipements lourds) qu’ils importent aujourd’hui d’Allemagne.

Les Français sont prêts aux réformes

Il ne s’agit pas de nier la réalité. La France a d’énormes problèmes à résoudre. Il s’agit ni plus ni moins de réformer en profondeur un système fondé sur une redistribution égalitaire et aveugle des ressources, fondé sur un niveau exorbitant de dépenses publiques (57% du PIB, soit dix points de plus que la moyenne européenne), elle-même financée par un recours systématique à l’emprunt, facteur d’endettement et de déficit budgétaire et ce malgré un taux d’imposition parmi les plus élevés du monde. Il s’agit d’accepter que l’Etat, tout en assurant ses fonctions régaliennes et en protégeant les plus démunis, redonne de la liberté aux individus et aux entreprises pour qu’ils soient récompensés de leur création de valeur. Il s’agit de mettre en place une politique du retour à l’emploi en renonçant à un système fondé sur l’indemnisation des chômeurs d’un coût exorbitant, auquel il faut ajoute les 30 milliards annuels gaspillés pour la formation professionnelle, et tout cela pour un taux de chômage inchangé depuis trente ans. Même chose pour l’âge de la retraite, qu’il faut évidemment allonger; même chose pour les 35 heures (alors que la durée moyenne réelle du travail est de 39 heures, soit plus qu’en Allemagne); même chose enfin pour le contrat de travail et la fin de la distinction CDI/CDD, qui est une autre exception française.

Le paradoxe est que les Français y sont prêts et attendent du gouvernement qu’il aille résolument dans le sens des réformes. Tous les sondages le montrent et apportent un démenti aux tenants de «l’autre politique». Ce sont les responsables politiques et les élites qui prétendent que les Français ont peur des réformes pour justifier leur manque de courage et le maintien de leurs avantages acquis. Il serait temps que tous ceux-là se décident enfin à penser au bien du pays. Le compteur tourne et l’histoire ne sera pas tendre avec ceux qui n’auront pas été à la hauteur des enjeux.

D’ailleurs, l’ampleur de ces bouleversements est telle qu’on on voit mal comment un tel programme de réformes pourrait être mis en œuvre par un pouvoir élu par une faible majorité, voire une minorité de citoyens. L’urgence et la gravité de la situation sont telles qu’elles justifieraient amplement, comme l’a suggéré l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine et comme aurait dû le faire Jacques Chirac en 2002, non un gouvernement d’union nationale mais un rassemblement des forces réformistes d’accord sur l’essentiel pour faire sortir notre pays de la situation dans laquelle il se trouve.

Sinon, gare aux mauvaises surprises en 2017.

G. Le Hardy
G. Le Hardy (20 articles)
Diplomate français
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte