France

Le député le plus «ancien» de l'Assemblée nationale a siégé avec plus de 2.400 députés différents

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 15.12.2014 à 13 h 14

Et pourquoi il n'y a que six degrés de séparation entre l'Assemblée où siège Alain Bocquet et celle du début de la Révolution française.

Alain Bocquet lors de la Fête de l'Humanité, en 1995. REUTERS.

Alain Bocquet lors de la Fête de l'Humanité, en 1995. REUTERS.

Le nom de John Dingell est inconnu de ce côté-ci de l'Atlantique, mais il a pourtant marqué l'histoire de la politique américaine: avec plus de 59 ans de présence ininterrompue au sein de la Chambre des représentants, cet élu démocrate du Michigan, qui ne s'est pas représenté aux dernières élections, détient le record de la plus longue carrière au Congrès américain. Dingell, 88 sans, qui vient de se fracturer la hanche peu de temps après avoir voté pour la dernière fois au Capitole, va céder son siège à sa femme Debbie, 61 ans, après avoir lui-même repris, en 1955, le siège de... son père, mort en cours de mandat.

Le chercheur en sciences politiques Eric Ostermeier et le Washington Post se sont amusés à extraire quelques statistiques de cette carrière hors normes: Dingell a siégé aux côtés de plus de 2.450 représentants différents, soit quasiment un quart de leur nombre total depuis 1789, dont 224 des 261 femmes à avoir siégé. Ce qui nous a amenés à nous demander quel serait le total si on le calculait pour la France.

Depuis 2012, trois élus détiennent le record d'ancienneté à l'Assemblée nationale: Alain Bocquet (PCF, Nord), Laurent Fabius (PS, Seine-Maritime) et Henri Emmanuelli (PS, Landes). Tous ont été élus pour la première fois en 1978 et réélus sans discontinuer depuis, et en sont donc à leur neuvième mandat. Mais seul le premier a toujours siégé à l'Assemblée, les deux autres ayant été plusieurs fois ministre.

Si l'on compile les données issues de la base des députés de l'Assemblée nationale, poétiquement appelée Sycomore, on arrive à la conclusion suivante: en plus de 36 années de carrière parlementaire, Alain Bocquet a siégé avec environ 2.440 députés différents (un chiffre qui pourrait s'agrandir d'une unité début 2015 si le PS perd la circonscription de Pierre Moscovici). Soit quasiment le même total que son équivalent américain pour une carrière beaucoup moins longue.

Plus grand renouvellement en France

Comment l'expliquer? La France compte un peu plus de députés que les États-Unis: 491 jusqu'en 1986 et 577 depuis, contre 435 outre-Atlantique. Et ce chiffre s'accroît encore quand on sait qu'à chaque législature, plusieurs dizaines de suppléants siègent, notamment ceux des députés appelés au gouvernement. Au contraire, sur les quinze membres du cabinet de Barack Obama, aucun ne siégeait à la Chambre des représentants au moment de sa nomination.

De plus, la stabilité de la Chambre des représentants est bien plus importante que celle de l'Assemblée nationale: dans celle élue en novembre, on ne compte que 12% de nouveaux élus, et celle élue en 2012 en comptait 16%; en comparaison, les Assemblées nationales élues en 2007 et 2012 comptaient respectivement 23% et 38% de nouveaux députés.

Ce renouvellement plus profond se constate d'ailleurs dans le nombre total de députés. Si la Chambre des représentants et l'Assemblée nationale sont toutes deux nées en 1789, la première a environ accueilli 11.000 membres depuis et la seconde environ 17.000 (en incluant les délégués des Etats généraux de 1789, qui ont formé en juillet de la même année la première Assemblée constituante).

De 1789 à 2014

Le Washington Post s'est aussi amusé à créer une infographie baptisée «Sept degrés de Dingell», qui consiste à calculer combien d'élus ayant siégé simultanément (X a siégé en même temps que Y, qui a lui même siégé en même temps que Z, etc) il faut enchaîner pour remonter de 2014 à 1789 –la réponse est donc sept. Pour la France, on peut aller plus vite, puisqu'il n'y a besoin que de six degrés de séparation, et ce alors que le pays a pourtant connu un grand nombre de régimes différents.

Alain Bocquet, Henri Emmanuelli et Laurent Fabius ont en effet siégé sur les mêmes bancs qu'Edouard Frédéric-Dupont, député de Paris de 1936 à 1940 (il vota les pleins pouvoirs à Pétain), de 1945 à 1962, de 1967 à 1968 et enfin de 1973 à 1993 (avec un passage dans le groupe FN de 1986 à 1988). Edouard Frédéric-Dupont a lui-même siégé en même temps que Louis Marin, député de 1905 à 1940 puis de 1940 à 1951, qui avait siégé en même temps que le baron de Mackau, député de l'Orne de 1866 à 1870 et de 1876 à 1918.

Ce dernier a quant à lui siégé pendant un an dans la même Chambre qu'Adolphe Thiers, député de 1830 à 1851, de 1863 à 1871 et de 1873 à 1877. Enfin, celui qui fut le deuxième président de la République française a partagé pendant environ six mois les mêmes bancs que Pierre-Étienne Despatys de Courteille, délégué de Melun aux États généraux de 1789 puis député jusqu'en 1791, de 1816 à 1823 et de 1827 à 1831.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte