Science & santéFrance

Les personnes les plus radicalisées politiquement font plus d'activité physique

Repéré par Jean-Marie Pottier, mis à jour le 12.12.2014 à 11 h 11

Repéré sur British Medical Journal

Ou pourquoi «centrisme mou» n'est peut-être pas qu'un cliché.

Lors d'une manifestation du Parti communiste grec contre l'austérité, le 15 mai 2010. REUTERS/John Kolesidis.

Lors d'une manifestation du Parti communiste grec contre l'austérité, le 15 mai 2010. REUTERS/John Kolesidis.

On connaît le cliché: en politique, les centristes seraient «mous» ou «tièdes». Si l’on en croit une étude que viennent de publier dans le British Medical Journal les chercheurs Adrian Bauman, Joanne Gale et Karen Milton, il s’avère néanmoins qu’il contiendrait une part de vérité.

Dans cet article intitulé «Are "armchair socialists" still sitting?» («Les socialistes de salon restent-ils vraiment assis?»), les chercheurs ont voulu vérifier un préjugé qui recoupe, en partie, le contenu d'expressions comme «gauche caviar», «champagne socialists» en Grande-Bretagne ou «Toskana-fraktion» en Allemagne, c'est-à-dire une possible association entre des vues politiques très radicales et un style de vie des plus pépère:

«Est-ce que le fait d’associer ses propres vues politiques à la gauche est associé avec un temps passé en position assise plus élevé et une activité physique moindre?»

Pour cela, le trio s’est fondé sur les chiffres de l’Eurobaromètre, un sondage conduit par la Commission européenne dans 32 pays, qui contient notamment des informations sur le positionnement politique mais aussi sur l’activité physique. Ils ont séparé leur échantillon en trois catégories sur une échelle allant de 1 (extrême gauche) à 10 (extrême droite): ceux qui s’attribuent un score de 1 ou 2, ceux qui s’attribuent un score de 9 ou 10 et ceux qui s’attribuent un score de 3 à 8, décrits comme «politiquement centristes» –ce qui représente au total 60% de l’échantillon. Le «centrisme» de l'étude est donc loin de se confondre avec le «centrisme» sauce UDI-MoDem à la française, puisque 60% de la population, cela représente en gros les scores cumulés de l'UMP, de l'UDI, du MoDem, du PS et d'EELV aux dernières européennes...

En pondérant les résultats toutes choses égales par ailleurs (c'est-à-dire en tenant compte des différences d'âge, de sexe, de niveau d’éducation et de pays), les chercheurs arrivent au résultat suivant: les personnes qui se classent le plus à gauche ou à droite font état d’environ 30 minutes de plus d’activité physique «vigoureuse» par semaine que les personnes qui se classent le plus au centre, chiffre qui monte à environ 1 heure pour l’activité physique en général. En ce qui concerne le temps passé assis, il est moins élevé de 13 minutes pour les gens qui se classent le plus à droite, et identique dans le reste de l'échantillon.

«Ce temps accru passé à marcher et à exercer une activité physique vigoureuse suggère que ces personnes sont peut-être dehors en train de faire du terrain, mobiliser les communautés, disséminer activement leurs idées et leur propagande», conclut l'étude –ce qui, pas très accessoirement, est sans doute bénéfique pour la santé des personnes concernées. Des résultats à bien sûr interpréter avec prudence, ce que ne manquent d’ailleurs pas de faire les auteurs eux-mêmes en notant avec humour que ces résultats peuvent refléter le degré d’extrémisme politique plus élevé aux Etats-Unis, où les politiques qui candidatent à un poste run for office, qu’au Royaume-Uni, où ils stand for office!

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte