Sciences

Les magazines des salles d'attente sont toujours périmés: une étude scientifique explique enfin pourquoi

Temps de lecture : 2 min

Ou pourquoi les médecins britanniques devraient acheter The Economist et Time.

Pour les fêtes de fin d'année, les éditeurs du British Medical Journal se font plaisir: ils publient un numéro spécial d'études scientifiques sur des sujets un peu loufoques.

Cette année, le médecin néo-zélandais Bruce Arroll a décidé de se pencher sur le mystère des magazines de salle d'attente: Pourquoi sont-ils toujours périmés? Est-ce la faute des docteurs qui ne les remplacent pas, ou des patients qui les volent?

«Etant donné le nombre de patients qui se sont plaints, les raisons de ce phénomène constituent une question essentielle pour la recherche», écrit ce professeur à l'université d'Auckland.

Jusqu'ici, aucune étude n'avait abordé le sujet. Avec deux collègues, le professeur a donc décidé d'étudier le sort de 87 magazines dans sa salle d'attente entre avril et mai 2014.

En un mois, près de la moitié du stock (41 magazines) avait disparu, et plus un magazine était récent, plus il avait tendance à être volé. Il y avait une exception intéressante: bien que récents, aucun numéro des magazines Time ou The Economist n'avaient disparu.

Les magazines people (dont les chercheurs n'ont pas précisé le nom «par peur de procès») avaient quant à eux tous été pris.

On avait formellement interdit au personnel de voler les magazines, donc les chercheurs en ont déduit que c'était bien les patients qui étaient responsables.

Les auteurs calculent ensuite que dans les 8.000 cabinets médicaux du Royaume-Uni, la disparition de 41 magazines par mois (à environ 4 euros le numéro) fait perdre environ 16 millions d'euros aux médecins.

Pour faire des économies, les chercheurs recommandent donc à leurs collègues d'acheter Time et The Economist.

Slate.fr

Newsletters

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Il pourrait y avoir des points communs avec la capacité de faire bouger ses oreilles.

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

Nous avons mené l’enquête.

Les Rice Krispies pourraient aider à comprendre les glaciers

Les Rice Krispies pourraient aider à comprendre les glaciers

Des scientifiques australiens étudient les effondrements de milieux poreux en versant du lait sur des céréales.

Newsletters