France

La consommation le dimanche c'est mal –sauf celle des bobos

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 11.12.2014 à 20 h 26

Alors que la loi Macron va être soumise au vote, et propose notamment de libéraliser le travail le dimanche, la maire de Lille s'y oppose en faisant montre de mépris.

Au marché d'Aligre le dimanche 21 juillet 2013.

Au marché d'Aligre le dimanche 21 juillet 2013.

Dans une tribune publiée le mercredi 10 décembre dans Le Monde, la maire de Lille Martine Aubry, connue pour sa passion pour la culture en général et spécifiquement l'art contemporain la lecture ou le théâtre, explique que la question du travail le dimanche se résume à «dans quelle société voulons-nous vivre?» et précise:

«Veut-on faire de la consommation –encore plus qu’aujourd’hui– l’alpha et l’oméga de notre société? La gauche n’a-t-elle désormais à proposer comme organisation de la vie que la promenade du dimanche au centre commercial et l’accumulation de biens de grande consommation? Le dimanche doit être un temps réservé pour soi et pour les autres. C’est un moment précieux qui doit être consacré à la famille et aux amis, à la vie associative, à la culture et au sport... Valorisons l’être, plutôt que le tout avoir. Gardons du temps pour penser, respirer et vivre. (...) Je me suis toujours engagée pour un dimanche réservé à la vie: vie personnelle, vie collective.»

Moi aussi je suis pour la vie. Pas que le dimanche d'ailleurs. Mais qu’est-ce que la vie selon Martine Aubry? Ou la vie opposée à la consommation? Parce qu’il y a un certain nombre de gens –les urbains favorisés, dont je fais partie– qui peuvent déjà consommer le dimanche. La consommation que Martine Aubry veut repousser, ce n’est pas celle des bobos parisiens.

Consommation littéraire

Par exemple, presque tous les dimanches, je vais à la librairie de mon quartier, qui est ouverte. La semaine dernière, j’y ai acheté le livre d’Ann Beattie, Nouvelles du New Yorker (que je vous conseille). J’ai consommé, mais j’ai consommé de la culture, est-ce que ça rentre dans un bon dimanche de gauche?

Quelques semaines plus tôt, j’avais besoin de faire des courses un dimanche. Il se trouve que dans ma semaine, je réserve une partie de mon samedi à ma famille. Je sais que, selon Martine Aubry  c’est «le dimanche [qui] doit être un temps réservé pour soi et pour les autres» -sans doute ma semaine est elle une semaine de droite.

Après avoir déjeuné avec mes parents, je vais souvent au cinéma. Là encore je sais bien, pour Martine Aubry, le jour de la culture c’est le dimanche, mais j’aime aller au cinéma le samedi. Je profite de mon abonnement mensuel pour y aller plusieurs fois de suite. Parfois je consomme une glace pendant les séances. Martine Aubry consomme-t-elle peut-être aussi une glace quand elle va au cinéma, ou une coupe de champagne à l’entracte au théâtre?

Martine Aubry et Michel Francois Delannoy célébrant des résultats électoraux en 2008. REUTERS/Pascal Rossignol

Quand je sors du cinéma, les magasins sont fermés. Ce weekend-là, quand le dimanche est arrivé j’étais repue de culture mais je n’avais pas encore fait mes courses: j’avais besoin de vêtements pour un événement particulier– et comme Martine Aubry, la semaine je travaille, je n’ai pas le temps de faire les magasins.

Donc je suis allée dans un quartier parisien aux magasins ouverts le dimanche, le Marais, et je me suis adonnée à la vile consommation. Mais peut-être que pour la maire de Lille, la consommation est plus acceptable le dimanche dans le Marais qu’à Parly 2? Si elle a le même avis qu'Anne Hidalgo, qui twittait récemment en faveur du non travail le dimanche:

Le dimanche, à Paris, comme le notait Anne Hidalgo dans un autre tweet, on peut aussi aller au marché, c'est sans doute, sur le plan de la vie une consommation différente d'acheter des barquettes de fruits au supermarché: 

Les Parisiens qui n’ont pas peur de pousser la boboitude jusqu’au bout peuvent aussi aller aux puces de Clignancourt et s’offrir des miroirs à 950€. Faut-il en déduire que la consommation des riches chez les antiquaires est plus honorable que celle de chez Ikéa –qui n’a généralement pas le droit d’ouvrir le dimanche? Acheter une coiffeuse XVIIIe, ce n’est pas pareil que d’acheter une armoire Billy? 

Je repense à Sylvie et François, le couple matérialiste de Perec. Je les imagine errer à Parly 2 le dimanche, malheureux. Tellement plus malheureux que dans les années 60, quand ils se contentaient des brocantes...

D’autres dimanches, quand je ne suis ni dans le Marais, ni dans ma librairie (ni sur le Canal Saint-Martin, où je ne vais pas, mais où mon profil sociologique s’exporte très bien et où certains magasins sont ouverts, de vêtements et de déco) je suis parfois dans mon lit. Sur Internet. Sur le site de Slate (<3) ou... des sites d’e-commerce. Je dois avoir une navigation Internet de droite.

Il m’arrive même d’acheter en ligne, oui le dimanche réservé à la vie je consomme: des choses. Ou des places pour des ballets ou des billets de train.

Il y a très certainement dans la tribune de Martine Aubry un grand respect de la culture, une envie de remplir les esprits –presque les âmes– plutôt que les placards. Mais il y a aussi beaucoup de ridicule. A croire que les gens ont besoin de magasins physiques ouverts pour faire des achats. A prétendre que c’est pour remettre la culture au cœur de la vie quand c’est en réalité un jugement moralisateur sur les activités auxquelles les gens veulent s’adonner. A juger «la promenade du dimanche au centre commercial et l’accumulation de biens de grande consommation», alors que le shopping dans le Marais est mis en avant par sa camarade Hidalgo qui dirige la capitale. Ce n’est pas la consommation qui pose problème à une partie de la gauche, mais une certaine idée de la consommation.

La dégradation de la vie

Expliquer que les petits commerçants pourraient pâtir de ce nouveau système, ou que les salariés se sentiront obligés d’accepter de travailler même si c’est présenté comme du volontariat, sont bien sûr des arguments audibles et qui méritent examen. Penser aux Français qui souhaiteraient aller au centre commercial se balader le dimanche et qui sont peut-être ceux qui finiront par y travailler est important. Penser aux travailleurs qui pourraient être lésés, c’est un argument de gauche. Mais juger les consommateurs?

Ce que Martine Aubry avance aussi, c’est qu’actuellement nous échapperions le dimanche à la société de consommation. C’est faux, et plus les gens sont urbains et riches, plus ils habitent des lieux où la consommation est accessible. Ce que juge la maire de Lille, c’est simplement que la consommation «au centre commercial» serait moins digne que celle du Marais –où les boutiques sont accessibles tous les jours.

Pour remettre la culture au centre du projet de société de la gauche, il y a plein de possibilités –complexes– parmi lesquelles réformer l’école et moderniser les possibilités d’accès aux contenus culturels. Interdire des modes de consommation jugés ainsi indignes n’en est pas un.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte