Partager cet article

Torture: comment Marine Le Pen a transformé une lecture fausse du rapport de la CIA en coup de com'

Dans une interview accordée à BFM TV, la présidente du FN a suggéré que la torture, dans certains cas, pouvait être «utile». Ce que dément complètement le rapport rendu public aux Etats-Unis, mais qui lui permet d'occuper l'espace médiatique.

Mardi 9 décembre, une commission d’enquête du Sénat américain a rendu publique la synthèse d’un rapport de 6.000 pages sur les tortures pratiquées par la CIA au lendemain du 11-Septembre à l’encontre de personnes suspectées d’appartenir à al-Qaida.

Interrogée sur ce rapport par Jean-Jacques Bourdin mercredi 10 décembre, Marine Le Pen s'en est d'abord prise aux Américains, estimant qu'ils devaient arrêter de «nous donner des leçons de morale».

La suite de l'interview concerne la position de Marine Le Pen sur la torture, dont voici la retranscription exacte: 

Jean-Jacques Bourdin: «Est-ce que la torture est excusable, l’utilisation de la torture, parfois dans certaines circonstances?»

 

Marine Le Pen: «Il peut y avoir des cas, permettez-moi de vous dire, quand une bombe tic-tac tic-tac tic-tac, doit exploser dans une heure ou dans deux heures, et accessoirement peut faire 200 ou 300 victimes, où il est utile de faire parler la personne pour savoir où est la bombe.»

 

Jean-Jacques Bourdin: «Même sous la torture ?»

 

Marine Le Pen (haussant les bras): «Avec les moyens qu’on peut.»

Si elle ne prononce pas explicitement la phrase «la torture est utile» et si elle emploie ici un exemple très précis, la présidente du FN n'a manifestement pas lu les synthèses des rapports du Sénat américain, qui sont catégoriques: la torture n’a permis à aucun moment de sauver des vies, de lutter plus efficacement contre le terrorisme, ni même de retrouver Ben Laden. Comme l'explique le site Quartz, «la sénatrice démocrate Dianne Feinstein, qui dirige la commission du Renseignement qui a produit le rapport, a souligné le fait que la torture n'a pas amené de renseignements utiles et que la CIA a donné de fausses informations sur ses activités au public et aux législateurs.»

Face au battage médiatique qui a suivi, Marine Le Pen a vite répondu dans un tweet, niant avoir justifié l’utilisation de la torture et dénonçant une interprétation «malveillante» de ses propos. 

Mais trop tard, sa petite phrase avait fait le tour des médias. BFM TV par exemple, qui jusque-là titrait sur les rançons à payer ou non aux preneurs d'otages, a vite réorienté son papier sur ses propos sur la torture.

Un phénomène qui, en ce jour de retour en France d'un otage d'Aqmi, rappelle sa petite phrase d'il y a quelques mois sur les otages libérés «barbus». Après trois ans de captivité au Sahel, les quatre otages d'Arlit –Daniel Larribe, Thierry Dol, Pierre Legrand et Marc Féret– étaient revenus sur le sol français avec, pour deux d'entre eux, une barbe, ce qui n'avait pas manqué de faire réagir la présidente du Front National sur Europe 1

«On avait l'impression d'avoir des images d'hommes très réservés, c'est le moins qu'on puisse dire. Les deux qui portaient la barbe taillée d'une manière assez étonnante, l'habillement était étrange. Cet otage avec le chèche sur le visage... Tout ça mérite quelques explications de leur part.»

Et là encore, Marine Le Pen était revenue sur ses propos, cette fois sur l'antenne de RTL : 

«Manifestement, je me suis exprimée de manière maladroite, puisqu'il ne s'agissait en aucun cas dans mon esprit d'émettre la moindre critique à l'égard des otages. Donc tout à fait, évidemment, je me réjouis de la libération.»

«Maladroitement»? Rien n'est moins sûr. Ce genre de propos permet à la déjà candidate à la présidentielle 2017 de faire entendre sa petite musique dans une actualité saturée. Comme l'expliquait il y a quelques mois notre chroniqueur Nicolas Lebourg à l'occasion d'un énième «dérapage» de Jean-Marie Le Pen, «ce type de saillies sont vitales pour le FN: elles donnent un cadre à nos propres inquiétudes et crispations et lui permettent de continuer à se positionner comme parti anti-système, son meilleur atout».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte