Boire & manger / Monde

Les céréales victimes de «french bashing» font leur retour aux Etats-Unis

Temps de lecture : 2 min

French Toast Crunch and Apple Cinnamon Cheerios. Doug Waldron via Flickr CC License by

En janvier 2015, les French toast crunch seront de retour dans les bols du petit déjeuner aux Etats-Unis. Ces céréales, commercialisées par Generals Mills, avaient effet disparu des supermarchés américains en 2006, à cause de l’adjectif «french» dans leur nom, et de la connotation française qu’il lui donnait, raconte The Atlantic.

Nées en 1995, les French toast crunch étaient très populaires au cours des années 1990. Au début des années 2000, elles ont tout simplement été victimes de «french bashing», à une époque où les relations franco-américaines étaient particulièrement tendues. En 2003, la France, en la personne de Jacques Chirac, a en effet refusé de soutenir la position des Etats-Unis et de participer à la guerre en Irak. A cette époque, explique The Atlantic:

«[...] les produits français étaient au mieux prétentieux, au pire une marque de trahison.»

Les French toast crunch ont cessé d’être commercialisés au pays de l’Oncle Sam en 2006, alors qu’ils étaient toujours présents dans les supermarchés au Canada.

Ces céréales ne sont pas les seules à avoir souffert d’un patronyme frenchy en temps de crise: en 2003, CNN rapportait que trois cafétérias d’entreprise avaient rebaptisé les «french fries» du nom de «freedom fries» («les frites de la liberté»), et le «french toast», «freedom toast» pour marquer leur mécontentement envers le refus de la France de soutenir les Etats-Unis.

Le french-bashing américain s’est poursuivi encore quelques années. The Atlantic note ainsi qu’en 2004, les détracteurs de John Kerry se plaisaient à remarquer qu’il «ressemblait à un Français». En 2001, les ennemis de Mitt Romney ont raillé sa francophilie et sa maîtrise du français.

Si les French toast crunch sont aujourd’hui réhabilitées, c’est grâce au soutien des consommateurs, affirme General Mills, et notamment à la page Facebook intitulée «Bring back French toast crunch» («Ramenez les French toast crunch»). La marque indique que cette page a rassemblé des milliers de signatures grâce à une pétition en ligne, et que le service client a été inondé de mails et d’appels.

Hasard ou non, même si General Mills affirme qu’il n’y a pas de lien, les relations entre les deux pays se sont améliorées, en particulier cette année, rappelle The Atlantic:

«L’agitation a peut-être préparé le terrain pour le retour des French toast crunch. Cela a commencé en février, quand, pour la première fois en presque deux décennies, un chef d’Etat français a visité les Etats-Unis. Alors que les Etats-Unis ont poursuivi les négociations sur le nucléaire avec l’Iran et ont mené une campagne contre l'Etat islamique, le pays a trouvé un allié étonnamment solide en la personne de son camarade français.»

Newsletters

Nice, une ode chaleureuse à la capitale de la Côte d'Azur

Nice, une ode chaleureuse à la capitale de la Côte d'Azur

Alors que Nice se reconfine les week-ends, retour sur les bonnes adresses du lieu d'adoption de l'écrivain Patrick Besson, sa ville des amours, des amitiés, des souvenirs et des lectures.

«Top Chef» saison 12, épisode 3: le récap en GIF et en acceng du Sud

«Top Chef» saison 12, épisode 3: le récap en GIF et en acceng du Sud

Cette semaine, retour en maternelle.

Les repas sans viande à la cantine ne défavorisent pas les plus précaires

Les repas sans viande à la cantine ne défavorisent pas les plus précaires

Si les ministres pouvaient lire les rapports des établissements publics placés sous leur tutelle, ou simplement faire une rapide recherche sur internet, ça leur éviterait de dire des âneries. Le nerf de la guerre, c'est l'accès aux légumes frais.

Newsletters