Économie

La Chine mise sur l'énergie solaire

Temps de lecture : 2 min

Même si Obama a déclaré qu'il voulait faire des Etats-Unis «le premier exportateur d'énergie renouvelable au monde», au cours des sept premiers mois de sa présidence, c'est la Chine qui a accéléré sa marche pour devenir le leader mondial de l'énergie verte, notamment dans le domaine de l'énergie solaire.

Les entreprises chinoises ont déjà joué un rôle majeur dans la baisse de moitié du prix des panneaux solaires en un an. Interrogé par le New York Times, le président de Suntech Power Holdings, le plus gros fabricant de panneaux solaires de Chine, a indiqué que son entreprise vendait ses produits sur le marché américain à un prix inférieur à la somme des coûts du matériau, de l'assemblage et d'importation par bateau.

«Les entreprises chinoises préparent actuellement, avec le soutien de leur gouvernement, la construction d'usines pour assembler leur produit aux Etats-Unis et contourner les lois protectionnistes,» explique le New York Times. En réponse, le gouvernement américain semble lui aussi déterminé à soutenir son industrie. Il a annoncé ce mois-ci que les fabricants de matériel à énergie propre allaient bénéficier de 2,3 milliards de dollars en crédit d'impôt.

Mais même dans l'industrie solaire, les entreprises occidentales auront fort à faire face à la concurrence des entreprises chinoises, qui bénéficient de prêts avantageux et d'électricité et de main d'œuvre à bas coût. Ainsi Suntech est sur le point de dépasser l'allemand Q-Cells et de devenir le deuxième producteur mondial de cellules photovoltaïques derrière l'américain First Solar.

[Lire l'article complet sur nytimes.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Toit solaire, Reuters

Newsletters

Prendre l'avion risque de vous coûter plus cher

Prendre l'avion risque de vous coûter plus cher

Les compagnies aériennes, heurtées de plein fouet par la crise liée au Covid-19, pourraient augmenter les prix des billets pour pallier les pertes.

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

Un·e jeune âgé·e de 18 à 29 ans sur six a perdu son emploi depuis le début de l'épidémie.

Début de la fin

Début de la fin

Newsletters