Histoire

Hitler et sa sortie de prison: l’histoire d’une photo qui était un faux

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 10.12.2014 à 11 h 47

Repéré sur History Today, The Argus

Pendant des dizaines d’années, cette photo d’Hitler sortant de la prison de Landsberg en 1924 a fait le tour du monde. Seulement voilà, il s’agissait d’une supercherie.

«Hitler sortant de la prison de Landsberg», photo de Heinrich Hoffmann, le 20 décembre 1924.

«Hitler sortant de la prison de Landsberg», photo de Heinrich Hoffmann, le 20 décembre 1924.

Il y a bientôt 90 ans, le 20 décembre 1924, Adolf Hitler est libéré de la prison de Landsberg, en Bavière. Celui que le monde ne connaît pas encore a passé 9 mois dans cette prison à rédiger son manifeste autobiographique, Mein Kampf. Son photographe officiel, Heinrich Hoffmann, prend alors une photo d’Hitler à côté de sa Mercedes, devant la prison, pour annoncer son retour sur la scène politique. Il envoit ensuite la photo aux médias du monde entier avec la légende: «Hitler quittant la prison de Landsberg.»

Seulement voilà, cette photo est un faux.

Hitler ne quittant pas la prison de Landsberg. 

C’est Roger Moorhouse, auteur du livre His Struggle: Adolf Hitler in Landsberg, 1924, qui raconte cette anecdote sur le site History Today

«La forteresse de Landsberg est toujours debout et est toujours une prison, mais elle n’a jamais eu une grande porte médiévale comme dans la photo. […] Le portail montré est en fait le Bayertor, l’élégante entrée de la vieille ville de Landsberg.»

Un rapide coup d’œil sur Google Maps confirme la chose: la prison de Landsberg ne ressemble en rien à ce que la photo de Hoffmann montrait.

Prison de Landsberg, construite en 1910. Via Wikimédia CC.

Le photographe Heinrich Hoffmann était pourtant venu spécialement de Munich pour prendre la photo à la sortie de prison d’Hitler. Mais un gardien de prison l’avait menacé, s’il insistait, de confisquer son appareil photo.

«Frustré, Hoffmann s’est rendu au Bayertor et a fait poser Hitler pour la photo, raconte Roger Moorhouse. Comme il l’a confessé dans ses mémoires, il a pris cette décision simplement parce que l’endroit offrait "quelque chose d’une atmosphère de forteresse".»

En 1955, le photographe racontera cette journée dans le journal The Argus. Il explique que les médias à l’époque ont mordu à l’hameçon, titrant parfois même «Pensif, Hitler pose devant sa prison. Que va-t-il faire maintenant ?», ou encore «Le portail de la forteresse s’est ouverte»

Pour Roger Moorhouse, le photographe et le futur Fuhrer avaient compris avant tout le monde l'importance de l'image.

«La photo de Hoffmann a marqué l'aube d'une nouvelle ère. C'était le début d'une campagne concertée qu'on appellerait aujourd'hui "gestion de l'image".»

Une autre photo de Hoffmann, prise ce jour-là, montre plus de détails. On y voit toujours Hitler et sa voiture, mais également ce qui semble être le blason de la ville Landsberg, sur le Bayertor, des passants, et surtout des habitations à l'arrière plan. Des éléments effacés de l'autre photo, que le monde entier a diffusé à tort pendant des décennies.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte