France

Paris fête les 65 ans de sa libération

Slate.fr, mis à jour le 25.08.2009 à 14 h 57

Il y a 65 ans, le 25 juin 1944, Paris était libéré. La révolte des Parisiens avaient commencé une semaine plus tôt, le 18 août. Alors que les Français s'attendaient à voir les Américains arriver, ces derniers laissèrent l'honneur à la 2è DB du Général Leclerc d'entrer en premier dans la capitale, pour donner l'impression d'une libération essentiellement française.

Pour commémorer cet événement, Nicolas Sarkozy s'est rendu aux cérémonies du 65ème anniversaire de la Libération à la préfecture de police. Il a appelé à se montrer «digne de l'héritage de la libération». Pour le président, «tout ce que signifie la Libération de Paris, ce sursaut d'intelligence et de volonté collectives, cette ambition farouche de penser et de construire l'avenir pour qu'il redevienne une promesse». Le Premier ministre François Fillon,  plusieurs ministres, dont celui de l'Intérieur Brice Hortefeux, le maire de la capitale Bertrand Delanoë et le préfet de police de Paris Michel Gaudin étaient présents. Le président a également dévoilé une plaque en hommage aux policiers résistants. Selon le Parisien, cette initiative fait polémique car la police parisienne, notamment pendant la rafle du Vel' d'Hiv, est plus connue pour sa collaboration active.

Nicolas Sarkozy a donc tenu a préciser que les policiers résistants furent, «à l'image de leurs compatriotes», une «minorité jusqu'à la Libération».

Dans la capitale, un millier de plaques conservent sur les murs de la capitale la mémoire des années noires de l'Occupation et celle de la semaine de la Libération avec l'arrivée de la 2e DB en août 1944. Aujourd'hui, elles seront toutes fleuries.  «De la plus modeste ("Ici est tombé pour la libération Guillois Michel gardien de la paix 20 août 1944", au 38 de l'avenue de l'Opéra) à la plus connue, apposée à l'emplacement de l'ancienne gare Montparnasse, où le général Leclerc reçut la reddition du général von Choltitz, gouverneur militaire allemand de Paris», comme le précise l'AFP (un site notamment les recense presque toutes).

Le jour même, le général De Gaulle prononça son célèbre discours devant à l'Hotel de Ville dont voici un extrait:

Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré ! libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l'appui et le concours de la France tout entière, de la France qui se bat, de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle.

Eh bien ! puisque l'ennemi qui tenait Paris a capitulé dans nos mains, la France rentre à Paris, chez elle. Elle y rentre sanglante, mais bien résolue. Elle y rentre, éclairée par l'immense leçon, mais plus certaine que jamais, de ses devoirs et de ses droits.

[Lire l'article complet sur l'AFP]

(Image de une: libération de paris, source librairie du Congrès américain)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte