La LFP ne veut pas que vous mettiez des GIF de matchs de Ligue 1 sur votre site

Le Parisien Ezequiel Lavezzi et le Nantais Issa Cissokho. REUTERS/Gonzalo Fuentes.

Le Parisien Ezequiel Lavezzi et le Nantais Issa Cissokho. REUTERS/Gonzalo Fuentes.

Elle a demandé aux Cahiers du football le retrait de plusieurs GIF de matchs.

Il n'y aura plus la dose de GIF de Ligue 1 hebdomadaire sur les Cahiers du Foot. Dans un tweet posté ce mardi 9 décembre, le «magazine de foot et d'eau fraîche» a annoncé qu'il avait reçu une mise en demeure «pour la Boîte à Gif», une de ses rubriques.

@Saintmtex (à prononcer saint metex), c'est le Zidane du GIF, comme l'expliquait Vincent Glad lors de la Coupe du monde 2014:

«Tous les week-end, Saintmtex passe une vingtaine d’heures devant sa télé et enregistre tout le direct en branchant son cube HD Canal+ à son PC. Dès qu’il voit passer une image forte, il revient en arrière, isole la séquence et la transforme en GIF.

 

La manipulation prend 2 à 3 minutes, pas tant à cause de la complexité technique mais de la piètre qualité de la connexion dans son petit village corse. Ses "best of GIF" chaque week-end valent largement une chronique "insolites" dans Stade 2.»

Depuis la fin de la Coupe du monde, @saintmtex a été transféré de 20minutes.fr aux Cahiers du Foot. Chaque semaine, il publie une sorte de revue de presse de ses meilleures captures, intitulée «La Boîte à GIF».

Pas vraiment du goût de la LFP. Dans la lettre envoyée le 3 décembre dernier, et que nous avons pu consulter, les avocats de la LFP demandent au site web de:

«Cesser immédiatement toute diffusion sur le site Internet de tout contenu, et en particulier d'images animées et de vidéos contenant des extraits ou des images de matches des compétitions organisées par la LFP (Ligue 1, Ligue 2, Coupe de la Ligue et Trophée des Champions);

 

Procéder au retrait immédiat du site Internet de tout contenu ainsi désigné et prendre toute mesure visant à empêcher la diffusion comme la rediffusion d'un quelconque contenu contenant des extraits ou des images de matchs de compétitions organisées par la LFP.»

Pas de contestation des faits

Contacté par téléphone, Jérôme Latta, le directeur de la publication, justifie la décision du site de se plier à cette injonction en supprimant les contenus incriminés:

«On ne conteste pas les faits. Mais on souhaite porter un débat sur la légitimité de ces actions. Je ne pense pas qu'on porte préjudice. On en vient à un foot à péage privatisé reservé à des audiences payantes. On est loin de l'universalité supposée.»

La LFP est en effet dans son droit. Comme rappelé dans la lettre de mise en demeure, elle est «la seule habilitée à autoriser la diffusion, en intégralité ou par extraits, quel que soit le support de diffusion, de tous les matchs qu'elle organise».

Effectivement, même si les images incriminées ne sont pas des buts, seul le site internet de L'Equipe –qui s'est offert le lot VOD magazines en 2012– a officiellement le droit de diffuser des extraits sur le Web.

Contactée par mail, la LFP rappelle également que toutes les images «sont disponibles gratuitement sur [ses] chaînes YouTube et Dailymotion et sur lequipe.fr»:

«Il s'agit de notre procédure habituelle en cas de mise en ligne de vidéos illicites. On met en demeure pour que la vidéo soit retirée.»

Une violente sortie dans la presse

Les Cahiers du Foot ne semblent pas les seuls à avoir été touchés. Plusieurs utilisateurs de Vine, la plateforme de partage de vidéos de six secondes et moins, ont vu leurs vidéos supprimées ces dernières semaines.

Le 14 novembre dernier, Le Figaro révélait que la Ligue pourrait réclamer 10 millions d'euros à Twitter si le réseau social ne donnait pas suite à ses demandes.

«"Il est incompréhensible qu'une société cotée et prétendument sérieuse comme Twitter traite avec autant de légèreté la question du copyright", déplore Jérôme Perlemuter, responsable des affaires juridiques à la LFP et ancien avocat. Pas de quoi décourager pour autant l'instance sportive. "Si Twitter refuse de prendre en compte la question des ayants droit, nous serons contraints d'agir devant les tribunaux", prévient M. Perlemuter.»

Et la France n'est pas la seule à agir ainsi. Comme l'expliquait Grégoire Fleurot sur Slate en août, le directeur de la communication de la Premier League, le championnat anglais, avait indiqué que «l'organisation avait mis au point des "crawlers" (des programmes automatisés qui scannent une grande quantité de pages Internet) qui vont commencer à détecter les vidéos de buts marqués lors de ses matchs sur des sites comme Vine».

«Pas grave, juste frustrant»

Le travail de @saintmtex n'a pourtant rien à voir avec celui d'un internaute qui chercherait le clic en postant sur son site des GIF de tous les buts d'une journée de championnat. Sur les cinq liens, quatre appartenaient en effet à la LFP, mais aucun ne contenait de but. Le premier était un GIF de Michel Der Zakarian, l'entraîneur de Nantes, qui se prenait la tête entre les mains après une occasion ratée. La deuxième montrait les retrouvailles plutôt tendues entres l'entraîneur de Bordeaux Willy Sagnol et le joueur de Marseille Gianelli Imbula après les démêlés entre les deux hommes, qui datent du temps où le coach girondin s'occupait des Espoirs français. Le troisième montrait un geste peu académique, mais réussi, du Lyonnais Bedimo et le quatrième, la technique parfaite de Pastore face à Metz. Le dernier est un extrait de Téléfoot (TF1) et n'est donc pas touché par la mise en demeure.

Si les quatre premières vidéos ont été supprimées par les Cahiers du Foot, elles sont cependant toujours disponibles en ligne. Jérôme Latta précise d'ailleurs que le site n'hébergeait aucune vidéo, mais qu'elles étaient intégrées:

«Avec ces contenus amusants, on pensait contribuer à la valorisation. Ce n'est pas grave, c'est juste frustrant et décevant. Je me demande comment la diffusion de cinq, six GIF par semaine peut porter préjudice.»

Difficile en effet de trouver le préjudice. Seule l'émission J+1 (et parfois le Canal Football Club) rediffusent ensuite ces images, y compris sur leur compte Twitter:

En attendant, les Cahiers et @saintmtex ont décidé de ne pas se laisser abattre:

Ah et puis, il y aura toujours la Ligue des champions et la Coupe de France, détaille Jérôme Latta:

«Là, c'est la Fédé qui a les droits.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt. > Paramétrer > J'accepte