Histoire / Monde

La première version du discours de Franklin D. Roosevelt après Pearl Harbor

Temps de lecture : 2 min

Des visiteurs à côté du discours de Pearl Harbor de l'ex-président des Etats-Unis Franklin Roosevelt, ciselé sur le mémorial de la Seconde guerre mondiale du National Mall à Washington, en 2005. REUTERS/Jonathan Ernst
Des visiteurs à côté du discours de Pearl Harbor de l'ex-président des Etats-Unis Franklin Roosevelt, ciselé sur le mémorial de la Seconde guerre mondiale du National Mall à Washington, en 2005. REUTERS/Jonathan Ernst

Après l’attaque japonaise sur Pearl Harbor, Franklin Roosevelt a rédigé une ébauche de son discours du 8 décembre 1941 au Congrès, sans l’aide de ses rédacteurs, en le dictant à sa secrétaire Grace Tully. Ce brouillon montre les annotations rapides et les révisions que le Président américain a fait dans un premier temps: un article dans les archives nationales du magazine Prologue contient des pages de brouillons plus tardifs, ainsi que la version finale.

La fameuse ligne sur «une date qui restera marquée par l'infamie» a tout d’abord été rédigée comme «une date que nous vivrons dans l’Histoire mondiale». Comme l’explique l’historienne Emily S. Rosenberg, la substitution dans la première ligne du discours est révélatrice. Après une décennie d’isolationisme, Roosevelt ne pouvait pas faire ce qu’avait fait Woodrow Wilson pendant la Première Guerre mondiale: mettre en avant de multiples arguments pour l’implication américaine, «agonisant sous la violence de la guerre» et «avançant des objectifs idéalistes et nobles pour justifier sa participation».

Au lieu de cela, comme l’affirme Emily S. Rosenberg, Franklin D. Roosevelt s'est basé sur un récit simple, puissant, en puisant dans les légendes américaines passées. Il a juxtaposé la «perfidie» et la duperie de l’attaque avec la «force juste» des personnes qui réagiraient, en conservant un message court et simple, et en réclamant une action immédiate.

Le Président a également révisé le discours de sorte que l’attaque subie par les Américains soit mise en avant et au centre du discours, en mettant la mention de l’attaque ennemie sur les Philippines dans la première page, en identifiant Oahu comme une «île américaine» pour tous les auditeurs qui ne connaîtraient pas très bien les relations entre Hawaii (qui n’était pas encore un Etat) et les Etats-Unis.

Roosevelt a prononcé ce discours lors d’une session commune (et pour les auditeurs radio) à 12h30 le 8 décembre. Le Congrès a voté la déclaration de guerre contre le Japon à la fin de la journée.

Franklin D. Roosevelt Presidential Library and Museum.

Franklin D. Roosevelt Presidential Library and Museum.

Franklin D. Roosevelt Presidential Library and Museum.

Rebecca Onion Journaliste

Newsletters

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

L'invention française longtemps délaissée outre-Atlantique est en bonne voie pour séduire les Américains.

L'élégance de «ballerine légère» que Jackie Kennedy doit à Hubert de Givenchy

L'élégance de «ballerine légère» que Jackie Kennedy doit à Hubert de Givenchy

Décédé le 10 mars à l’âge de 91 ans, le couturier français était sans conteste le préféré de la Première dame la plus emblématique des États-Unis.

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

Les services secrets britanniques ont brouillé les pistes en 1944 en utilisant l’acteur Clifton James, pour interpréter le rôle de sosie du général Montgomery.

Newsletters