HistoireMonde

Pourquoi la pastèque est un symbole raciste aux Etats-Unis

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 09.12.2014 à 10 h 30

Repéré sur The Atlantic, New York Times

Des pastèques. REUTERS/Beawiharta

Des pastèques. REUTERS/Beawiharta

En Europe, quand les racistes veulent exprimer leur mépris des noirs, ils brandissent des bananes. On l'a vu lors du passage de Christiane Taubira à Angers, où elle a été insultée par une enfant tenant une peau de banane, mais aussi en Italie, où des bananes ont été jetées sur la ministre Cécile Kyenge et sur le joueur de foot Mario Balotelli.

Aux Etats-Unis, c'est un autre fruit qui provoque le malaise: la pastèque.

A la fin des années 1940, Jackie Robinson, le premier joueur noir en Ligue majeure de baseball a souvent reçu des bouts de pastèque lancés par des spectateurs racistes. Quand Barack Obama a été élu en 2008, le maire d'une petite ville de Californie a envoyé à toute sa mailing list une photo de la Maison Blanche entourée d'un champ de pastèques, et il y a quelques jours dans une petite ville du Missouri proche de Ferguson, des manifestants qui protestaient contre la brutalité policière ont été accueillis par des résidents hostiles qui avaient exposé un drapeau sudiste et une pastèque dans les rues.

Ces deux derniers mois, un dessinateur de presse et un auteur de livres pour enfants ont dû s'excuser publiquement pour avoir fait des blagues associant Afro-Américains et pastèques. En ce qui concerne la banane, le sens du symbole est assez évident en Europe: les racistes associent les personnes noires aux singes. Mais aux Etats-Unis, pourquoi la pastèque est-elle associée au racisme?

Un article de The Atlantic revient sur l'histoire de l'iconographie raciste de la pastèque. Après la Guerre de Sécession, des cartes postales montrant des noirs américains se gorgeant de pastèques sont devenues extrêmement populaires. Une fois qu'ils sont devenus libres, de nombreux noirs ont en effet gagné leur vie en cultivant et en vendant des pastèques. Le fruit était donc un symbole de liberté.

Peut-être la première publication d'un dessin raciste associant noirs et pastèques, Frank Leslie's Illustrated Newspaper circa 1869

«Comme les blancs du sud se sont sentis menacés par la libération des noirs, ils ont répondu en faisant de ce fruit un symbole de leurs stéréotypes sur la saleté, la paresse et la puérilité des noirs», explique William Black, doctorant en histoire à Rice University.

Les personnages représentés sur ces cartes postales avaient en général des traits caricaturaux (à la Banania) et ils étaient montrés comme des êtres un peu simples et paresseux, juste intéressés par la satisfaction de leurs besoins immédiats.

Au début du XXe siècle, on pouvait retrouver cette imagerie raciste du noir avec sa pastèque sur un grand nombre de bibelots, ainsi que dans des chansons et des films, explique The Atlantic.

Partition d'une «chanson de ragondins» se moquant des noirs fainéants et paresseux

C'est pourquoi aujourd'hui, la moindre mention du fruit, lorsqu'elle est associée aux Afro-Américains, passe très mal. La blague pour laquelle s'est excusé l'écrivain Daniel Handler concernait l'auteure afro-américaine Jacqueline Woodson. Les deux écrivains sont amis, et lors de la remise d'un prix littéraire, il a mentionné en plaisantant que Woodson était allergique aux pastèques (ce qui est vrai) et que c'était un comble pour une noire américaine. Ce petit clin d'oeil, qui pourrait sembler anodin, a provoqué le malaise, et Handler a dû s'excuser publiquement.

Quelques jours après dans le New York Times, Jacqueline Woodson a écrit au sujet de son allergie, dont elle se demande s'il ne s'agit pas d'une sorte de révulsion psychologique aux stéréotypes racistes liés au fruit. Elle explique que dans le contexte de l'histoire de sa famille, la mention de la pastèque est trop lourde de symbole pour pouvoir être l'objet d'une blague.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte