Sciences

Quand Einstein disait à Marie Curie de ne pas prêter attention aux trolls

Temps de lecture : 2 min

Marie Curie dans son laboratoire de fortune de l’École municipale de physique et de chimie industrielles, vers 1906. via Wikipédia, License CC.
Marie Curie dans son laboratoire de fortune de l’École municipale de physique et de chimie industrielles, vers 1906. via Wikipédia, License CC.

«Le problème des trolls ne date pas d'aujourd'hui», annonce Vox dans un article repéré par Reader: «de fait, dès 1911, Albert Einstein donnait des conseils à Marie Curie pour les gérer correctement».

Vox a remarqué ces conseils dispensés par le trouveur de la théorie de la relativité générale parmi des lettres de lui mises en ligne cette semaine, qui étaient, depuis 1986, étudiées de fond en comble par l'université de Princeton et l'Université hébraïque de Jérusalem. 80,000 documents désormais consultables en ligne sur le site Einsteinpapers avec un appareil critique. Dans ces lettres, on trouve notamment la suivante:

On peut lire:

«Chère Madame Curie, Ne vous riez pas de me voir vous écrire avec si peu de choses sensés à vous dire. Mais je suis tellement en colère de la basse manière dont le public ose en ce moment se préoccuper de vous, que je dois absolument exprimer la rage que je ressens. Evidemment, je suis convaincu que vous méprisez avec constance toute cette foule, qu'elle vous prodigue servilement son respect, ou qu'elle essaie de rassasier sa soif de sensationnalisme! Me voilà vivement poussé à vous dire combien j'en suis venu à admirer votre intelligence, votre volonté, et votre honnêteté, et que je me considère chanceux d'avoir pu vous rencontrer personnellement à Bruxelles. (...) Si toute cette foule continue de s'occuper de vous, ne lisez simplement pas ces bêtises.»

Slate.fr

Newsletters

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Une bonne excuse à dégainer pour trainer au lit.

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Nous sommes les moins nombreux, mais les plus gênants.

Newsletters