Double XMonde

Les fans australiens de GTA V se vengent des magasins qui ont retiré le jeu de la vente

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 06.12.2014 à 11 h 19

Repéré sur news.com.au

Une prostituée dans GTA V

Une prostituée dans GTA V

Si vous interdisez la vente de Grand Theft Auto V, alors pourquoi ne pas interdire la Bible ou Cinquante nuances de Grey? Ces ouvrages sont aussi plein de violence misogyne. Tel est le raisonnement des gamers australiens qui défient les magasins qui ont cessé de vendre leur jeu vidéo préféré, rapporte le site news.com.au.

A la suite d'une pétition lancée par des femmes victimes de violence sexuelle (signée par plus de 40.000 personnes), les chaînes Target et Kmart ont en effet retiré Grand Theft Auto V (GTA V) de la vente. Et les gamers ne sont pas contents du tout.

Pour riposter, ils ont lancé plusieurs pétitions contre la chaîne Target, et la plus populaire -signée par plus de 30.000 internautes- demande que la grande surface cesse de vendre la Bible, qu'ils décrivent comme «un livre malsain qui encourage les lecteurs à la violence sexuelle et aux meurtres de femmes». Ce sont exactement les mots que les victimes de violence sexuelle avaient utilisés pour décrire le jeu vidéo.

La pétition anti-GTA V dénonçait notamment le fait que les gamers puissent dans le jeu tuer des personnages de prostituées après avoir eu des relations sexuelles avec elles, afin de récupérer leur argent. En réponse à cette critique, les fans de GTA citent un passage de l'Ancien Testament (Lévitique, 21:9): «Si la fille d'un prêtre se déshonore en se prostituant, elle déshonore son père, elle sera brûlée au feu.» 

Ces derniers jours, les gamers australiens se sont adonnés à une sorte de trolling par pétition sur le site Change.org: il y a une pétition qui accuse le magasin Target d'avoir un nom trop violent (target veut dire cible), une autre qui demande le retrait du livre érotique 50 Nuances de Grey, potentiellement nuisible aux enfants, et même une pétition pour le retrait de Super Mario Bros, un jeu qui promeut «le meurtre d'animaux, la consommation de flore hallucinogène et la collecte d'argent non déclaré

Selon les gamers, les jeux vidéo violents sont injustement stigmatisés par rapport aux livres ou films dérangeants (même si les jeux vidéo sont en effet très souvent visés, c'est aussi le cas des films et des livres). Ils auraient par exemple pu mentionner que le lien entre violence et pratique des jeux vidéo est très difficile à vérifier scientifiquement. Les quelques études qui semblent le prouver ont été remises en question par d'autres experts. Mais dans cette affaire, ils n'ont pas utilisé les arguments les plus convaincants (d'ailleurs, le magasin Target ne vend pas la Bible). 

En plus, selon le site news.com.au, les auteures de la première pétition ont été menacées de mort (l'une a reçu une image de son visage photoshoppé sur le cadavre d'une prostituée de GTA5).

Un rapport à la critique venant de femmes, et plus généralement aux femmes, tristement fréquent dans ce milieu. Depuis cet été aux Etats-Unis, des adeptes des jeux vidéo se déchaînent contre certaines femmes -un mouvement qui a été baptisé Gamergate- telles que la créatrice de jeux vidéo Zoe Quinn (qui est régulièrement menacée de mort et de viol) ou encore la chroniqueuse féministe de jeux vidéo Anita Sarkeesian, qui a dû déménager et a récemment annulé une conférence suite à une menace de fusillade.

Voici une des vidéos d'Anita Sarkeesian, sur la réification des personnages féminins dans les jeux vidéo, qui aborde justement -entre autres- le cas des prostituées dans la série des Grand Theft Auto:

 

Un verbatim de la chronique est ici, Anita Sarkeesian y note que les jeux commes GTA «systématisent la sexualité de façons déshumanisantes pour les femmes, en les transformant essentiellement en distributeurs à relations sexuelles (...) leur valeur en tant que personnages est entièrement mesurée en termes de ce qu'elles peuvent donner au joueur».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte