Boire & mangerSlatissime

La Romanée-Conti, ce vin que vous n'acheterez probablement jamais

Nicolas de Rabaudy, mis à jour le 07.12.2014 à 12 h 00

Comment Aubert de Villaine, gérant de la Romanée-Conti, essaie de préserver le vin le plus cher du monde des revendeurs et des faussaires.

Planté sur un mini terroir de pinot noir, à quelques kilomètres du village de Vosne-Romanée, le vignoble de la Romanée-Conti ne couvre que 1,8 hectare, soit quatre à six mille bouteilles environ par vendange –«700 caisses en 1983», écrit l’historien Alexis Lichine. C’est cette extrême rareté qui en fait le prix et l’excellence divine.

Le médecin de Louis XIV, Fagon, en faisait boire au roi pour soigner ses maux d’estomac. En 1760, le prince de Conti arracha la vente du Domaine à Madame de Pompadour. Le nom du vin est relié à l’Ancien Régime à travers le prince de Bourbon (1717-1776) qui était prince de Conti.

Depuis les origines du commerce des grands vins en France, ce vin de soie au parfum délicat de rose fanée est convoité par les amateurs œnophiles les plus sérieux, les grands sommeliers du monde, et les chefs étoilés de palaces en veulent dans leurs caves et sur la carte des vins comme Pétrus, Yquem, Lafite, Latour, Margaux, Haut-Brion, Mouton, Cheval Blanc et Ausone: ces premiers crus ou assimilés guettés par les plus fins palais. Offrir une Romanée-Conti reste un cadeau royal.

Au Plaza et au Meurice à Paris, dont les caves prestigieuses sont constituées de chefs-d’œuvre de la viticulture française, Gérard Margeon, chef sommelier, responsable des achats, ne vend que neuf bouteilles de Romanée-Conti par an, un vin de méditation, ce qui est fort peu. Le Domaine ne lui accorde qu’une à deux caisses panachées avec d’autres vins du Domaine: La Tâche, Richebourg, Echézeaux, Grands-Echézeaux, Romanée-Saint-Vivant et Montrachet, sublime élégance du chardonnay, le plus grand blanc (sec) du monde avec le Château d’Yquem (liquoreux). On est là dans les cimes de l’art de boire.

Au Cinq du Four Seasons George V, Eric Beaumard, vice-Meilleur sommelier du monde en 1998, évoque l'«indicible finesse» du vin légendaire dont il a pu savourer une vingtaine de millésimes: la demande de collectionneurs-dégustateurs est forte dans ce palace Art Déco, et Beaumard est obligé de se rabattre sur les autres nobles crus du domaine dont l’admirable La Tâche, le puissant Richebourg, le préféré du regretté Jean Troisgros à Roanne, et la Romanée-Saint-Vivant chère à Michel Bettane, très proche par la saveur de la Romanée-Conti.

La destinée d’une Romanée-Conti n’est pas du tout d’être une marchandise sur laquelle on spécule.

Aubert de Villaine

Quelques milliers de flacons par an, c’est une aumône pour le monde, pour les amateurs et professionnels du vin qui en rêvent nuit et jour. La quasi-totalité des buveurs de vins sur la planète n’en ont jamais savouré –et ne sont pas près de s’offrir ce plaisir voluptueux tant les prix délirants de la Romanée-Conti dépassent l’imagination. On est dans le somptuaire.

Il faut savoir que le vin de l’année en vente (2011) part du Domaine à 1.716 euros la bouteille et que la caisse de douze bouteilles panachées cote 7.666 euros. Les grilles du Domaine à peine franchies, le prix de la Romanée-Conti atteint 5.000 euros, minimum. La caisse de douze flacons panachés de 2010, partie du Domaine à 8.110 euros, a été proposée à 30.664 euros sur le site marchand idealwine en avril 2014.

La spéculation sur ce vin d’art bat tous les records: une caisse de douze Romanée-Conti 1978 est montée jusqu’à 150.000 euros aux enchères, le flacon de 75 centilitres s’établit à la revente à 8.000 euros selon le millésime –1990, une merveille. Chez les Troisgros à Roanne en 2013, le 2000 était facturé à 6.200 euros, le 1989 à 7.500 euros et le 1988 à 7.500 euros.

Une étiquette de Romanée-Conti

A l’Enoteca Pinchiorri, fameux trois étoiles de Florence (Annie Feolde, chef française copropriétaire), les tarifs sont parmi les plus fabuleux du globe: le 1985 à 28.000 euros, le 1988 à 9.500 euros, le 1999 à 18.000 euros. Voilà une des plus somptueuses collections du monde, des «addicts» de la Romanée font le voyage en Toscane pour découvrir dans la cave très surveillée les bouteilles et magnums de ce génial cru de Vosne-Romanée.

Au Pot d’Etain, à 17 kilomètres d’Avallon (Yonne), cette modeste auberge de campagne offre des prix uniques en France: 3.620 euros la Romanée-Conti 1996, du jamais-vu.

Aux Galeries Lafayette, une seule bouteille récente coûte 22.500 euros.

La question rituelle que tous les fous des beaux vins de Bourgogne se posent est la suivante: comment acquérir ces flacons mythiques du Domaine? Les rayons des boutiques spécialisées, les magasins de vins type Lavinia ou Nicolas n’en proposent jamais. Il faut être accrédité, connu ou reconnu par le bureau d’Aubert de Villaine à Vosne-Romanée et de Jean-Charles Cuvelier, son adjoint, lesquels délivrent des allocations de bouteilles ou de caisses du Domaine. Sur six mille bouteilles de Romanée-Conti annuelles (environ), quatre mille sont proposées à des professionnels du vin, sommeliers, cavistes, exportateurs identifiés par Aubert de Villaine et son bras droit.

Les grands hôtels du monde, les tables deux ou trois étoiles ont droit à ces allocations si convoitées. D’autres allocataires reçoivent les vins (deux mille bouteilles?) pour l’amour qu’ils portent au vin star, ils sont connus de messieurs de Villaine et Cuvelier pour leur savoir-boire, leur notoriété, leur passé œnologique.

Les sommeliers s'engagent à détruire les bouteilles vides

 

A noter une précision sur la facture: ces privilégiés signent une charte dans laquelle ils s’engagent à ne pas vendre le vin hors table. Pour Aubert de Villaine, les vins de la Romanée-Conti doivent être gardés selon leur âge, bus et partagés. Tous les sommeliers de grands restaurants sont invités à détruire les bouteilles vides pour éviter les «faux», les contrefaçons tant redoutées par le gérant.

La mission, l’obsession d’Aubert de Villaine au physique de moine bourguignon, ascète et humble, est d’empêcher les clients de revendre, avec un énorme profit, les vins du Domaine. Les allocataires sont listés et s’ils commettent le «péché» de revente, ils sont rayés des privilégiés. Si l’allocataire souhaite revendre des bouteilles de Conti pour une raison majeure (deuil, succession, investissement), il doit en informer Aubert de Villaine qui donnera son accord –s’il ne s’agit pas de spéculation.

«A partir du moment où notre vin est revendu pour des raisons financières, il devient une marchandise», confie Aubert de Villaine à Fabien Humbert, reporter à la Revue du Vin de France (numéro 586).

«Or, la destinée d’une Romanée-Conti n’est pas du tout d’être une marchandise sur laquelle on spécule. Au Domaine, nous ne pensons jamais à l’argent, mais bien au côté esthétique du vin, au goût et à sa beauté.»

Estampe de caisse de Romanée-Conti

L’ennemi déclaré du gérant historique du Domaine, dépositaire de l’histoire et de la mémoire du vin «sacré» (François Audouze, le plus grand collectionneur français), «la grâce même, un corps de ballerine» (Bernard Burtschy, chroniqueur au Figaro), l’adversaire actuel, ce sont les ventes aux enchères en France, aux Etats-Unis, à Londres, à Hong Kong où se négocient des millésimes actuels de Romanée-Conti. C’est là, chez Christie’s, dans les ventes de l’expert Maratier, de son concurrent Alex de Clouet que l’on peut acquérir ces vins de haute noblesse. Le marché des spéculateurs est là, à 90% –il faut compter aussi avec les reventes ebay.

Les 17 et 18 décembre, chez Artcurial à Paris, une dizaine de Romanée-Conti sont inscrites au catalogue avec photos: la Romanée-Conti 1985 (étiquette tâchée) est estimée entre 7.000 et 8.000 euros, la Romanée-Conti 1990 entre 9.000 et 10.000 euros, la 1996 entre 6.500 et 7 000 euros et la 1998 entre 5.000 et 5.500 euros: une intéressante moisson pour les revendeurs aux aguets, enchères sur Internet très discrètes.

Le limier de Villaine s’attache à relever les numéros inscrits sur les étiquettes des bouteilles; ainsi peut-il identifier le propriétaire d’origine, celui qui s’est procuré la Romanée-Conti 1976 –et lui retirer son allocation.

«Les vins achetés ici et là, à New York, à Genève, à Paris, après des mises en vente successives, n’ont plus la garantie d’excellence obtenue au Domaine. Stockés n’importe où –sur les quais de Hambourg– ils subissent des chocs thermiques graves.»

Acheter aux enchères

Vente Lombrail-Teucquam le vendredi 12 décembre à 14h au Pavillon Ledoyen, 1 avenue Dutuit 75008 Paris. Et à Hôtel des Ventes de la Varenne-Saint-Hilaire, le samedi 13 décembre à 11h.

Une dizaine de Romanée-Conti et vins du Domaine, expertises de Claude Maratier.

 

Vente Artcurial les 17 et 18 décembre à 14h, rond-point des Champs-Elysées, 75008 Paris.

Neuf Romanée-Conti, quatre Richebourg, sept La Tâche du Domaine. Experts: Luc Dabadie et Laurie Matheson.

Disons-le, la spéculation –une caisse de douze bouteilles en Asie cote 50.000 euros– favorise les contrefaçons. «S’il n’y avait pas autant d’argent à gagner sur des flacons de la Romanée-Conti, de Pétrus, de Lafite, il n’y aurait pas autant de fausses bouteilles. Les fraudeurs sont toujours dans les parages des spéculateurs», note Aubert de Villaine. Combien de faussaires malins ont réussi à gruger des Chinois naïfs, nouveaux riches du capitalisme d’Asie?

Cela dit, peut-on empêcher un acheteur de vins rares à revendre son bien? Et comment? A la Romanée-Conti, le système des allocataires est bien particulier, et Aubert de Villaine reste libre de céder ses merveilles de pinot noir à qui il le souhaite. Et puis, la Romanée-Saint-Vivant 1988, voisine de la Conti, si proche par le style, l’allure, la longueur peut-être acquise à 550 euros (estimation) chez Artcurial le 18 décembre –un prix plus décent, plus abordable que la Romanée-Conti 1990, mise en vente entre 12.000 et 15.000 euros par Claude Maratier le 11 décembre 2010. De ces deux Romanée, l’une est mythique, l’autre pas, cela fait toute la différence et le prix de la légende.

Nicolas de Rabaudy
Nicolas de Rabaudy (465 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte